Publicité

Euronav réduit ses pertes

Si Euronav a réduit sa perte au troisième trimestre, la prudence domine dans les prévisions pour l'ensemble de l'exercice et l'année prochaine.

Le transporteur maritime Euronav a fait état d’une perte de 12 millions de dollars sur le troisième trimestre de cette année, contre 21 millions de dollars sur la même période un an avant. Calculé par action, ce résultat est de respectivement 0,24 dollar et 0,42 dollar. L’Ebitda sur la période ressort à 50,7 millions de dollars, en hausse en regard des 35,7 millions de dollars un an avant.

La moyenne des revenus journaliers ou " TCE " (time charter equivalent) obtenu par la flotte en propriété et opérée par le pool Tankers est en hausse à 30.900 dollars par jour en regard de 23.100 dollars il y a un an. A l’inverse, les revenus journaliers moyens de la flotte de Suezmax frétés à long terme s’élevaient, au cours du troisième trimestre 2010, à 28.000 dollars par jour contre 29.300 dollars un an avant. Les revenus journaliers moyens de la flotte de Suezmax opérés sur le marché du fret au voyage s’élevaient pour la même période à 12.000 dollars par jour. A telle enseigne, qu’Euronav a pris la décision de refuser de fréter certains de ces Suezmax - pour une période totale équivalente à 76 jours - car les taux ne contribuaient pas aux revenus. Le manque à gagner pouvait facilement être récupéré en exploitant les navires ne fusse qu’à un taux légèrement plus élevé lors de leur prochain voyage précise Euronav.

Le résultat du troisième trimestre a été influencé positivement par une réévaluation d’éléments non cash à la valeur du marché comme les instruments financiers de couverture des taux d’intérêts pour un montant total de 2,5 millions dollars.

Pour l’ensemble de l’année et pour 2011, Euronav se veut prudent. La croissance de la demande de pétrole brut et, partant, la croissance de la demande pour le transport de pétrole, devrait graduellement absorber les nouvelles constructions prévues pour entrer sur le marché en 2011 et 2012. Euronav souligne par ailleurs que le taux de couverture du marché est très faible actuellement mais le marché devrait rebondir dans le sillage de la hausse de la demande de pétrole brut liée à la saison hivernale.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés