Grève générale à la SNCB le 18 octobre

©RV DOC

Le syndicat socialiste CSGP-Cheminots a décidé d'organiser une grève générale du dimanche 17 octobre 22h00 au lundi 18 octobre 22h00, sur l'ensemble du réseau ferroviaire. Cette grève générale sera précédée du blocage du trafic marchandises le 11 octobre.

De nouvelles perturbations sont annoncées sur le rail pour les prochains jours. Le point d’orgue sera une grève générale, qui paralysera l’ensemble du réseau ferroviaire le lundi 18 octobre.

Le bureau exécutif de la CGSP-Cheminots a adopté hier un plan d’actions sociales détaillé. Il débutera le lundi 11 octobre par le blocage total du trafic " marchandises " sur le réseau ferré belge. " Des réunions de générales d’information au personnel avec arrêt de travail et possibilités de perturbations pour tout le trafic " sont également prévues, peut-on lire dans un communiqué de presse. Ce premier mouvement sera suivi par une grève générale du dimanche 17 octobre à 22h au lundi 18 octobre à 11h.

Les revendications du syndicat socialiste concernent plusieurs points de tensions avec la direction de la SNCB. Elles portent principalement sur "le dossier B-Cargo" et "la concertation sociale au sein du groupe SNCB", explique le Président de la CGSP-Cheminots Gérard Gelmini. "Dès lors que manifestement, les réponses fournies sont insuffisantes, le secteur nous avons décidé de mettre en application un plan d’actions sociales".

Les actions pourraient ne pas en rester là. Le bureau national de la CGSP se réunira après le 18 octobre pour "évaluer un plan d’action de grèves par tournantes et par District dans le courant du mois de novembre.

Initialement, la CGSP avait prévu une grève générale le 11 octobre. Les permanents syndicaux espéraient obtenir "des réponses favorables" lors des réunions du comité de pilotage du 4 octobre et de la commission paritaire le 6. Visiblement, ils estiment ne pas avoir été entendus.

Ils dénoncent une " situation générale désastreuse à la SNCB ". Au cœur de leurs préoccupations figurent des "menaces" sur l’emploi dans le secteur du fret de marchandises dans le cadre du processus de libéralisation de B-Cargo. Ils estiment également que 200 emplois seraient menacés suite à la hausse de 7 euros du prix des billets internationaux. Un document interner à la SNCB prévoirait de généraliser cette mesure pour le trafic intérieur, ce qui pourrait entraîner la suppression de 45 guichets. La CGSP dénonce aussi le non-paiement de primes prévues en 2008. " Nous sommes en 2010, et nous n’avons encore rien vu de ces primes ", déplore Gérard Gelmini. De surcroît, bon nombre de postes vacants dans les brigades de pose des voies ne seraient pas comblés, de même que ces derniers, ne peuvent toujours pas bénéficier d’un système de promotions internes. " Il exercent pourtant un des métier les plus durs dans le secteur ", M. Gelmini.

De son côté, la direction de la SNCB "déplore la décision des syndicats". "Nous souhaitons retourner à la table des négociations le plus vite possible", explique le CEO de la SNCB Marc De Scheemaeker.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés