Publicité

Le rêve américain des vélos électriques Cowboy

Pour les vélos électriques belges de Cowboy, c'est un peu un rêve de s'attaquer au marché américain.

La société belge de vélos électriques s'attaque au marché américain et entend y accompagner la croissance du marché. La concurrence est prête à en découdre.

Les vélos belges de Cowboy partent à la conquête de l'Ouest, c'est désormais officiel. Depuis jeudi 19h (heure belge), les vélos électriques hyperconnectés s'attaquent aux États-Unis. Les commandes sont ouvertes dans une série de villes américaines. Les premières livraisons des destriers connectés y seront pour janvier. Au passage, Cowboy emmène une autre pépite bruxelloise, la start-up d'assurances Qover dans sa roue pour assurer ses produits aux USA.

+30%
de croissance d'ici 2025
Cowboy pense que le marché du vélo électrique américain atteindra 4 milliards de dollars en 2025, soit une croissance de 30% d'ici 2025.

On pourrait penser que c'est une étape naturelle pour une société nommée Cowboy. "Pour être honnête, on n'y pensait pas quand on a créé Cowboy, car le marché américain était alors vraiment petit. En 2020, le marché américain du vélo électrique dans son ensemble était encore plus modeste que les marchés des Pays-Bas et de la Belgique réunis", témoigne Tanguy Goretti, CTO et l'un des cofondateurs de Cowboy.

Mais depuis le covid, le boom du vélo électrique a frappé mondialement et touche également les États-Unis. L'administration Biden soutient le vélo électrique dans son plan climat, notamment via les infrastructures, ce qui va d'autant plus pousser à la croissance. Chez Cowboy, on sait déjà que le marché américain sera plus grand que celui des plats pays dès cette année.

"Il y a des incitants fédéraux, État par État, et aussi ville par ville", dit Goretti. "C'est tout de même un peu un rêve pour une start-up lancée en Belgique de se lancer aux États-Unis. On y va pour gagner le marché et grandir avec le marché, c’est une vision de long terme." Cowboy table sur un marché du vélo électrique en croissance de 30% d'ici 2025 aux États-Unis pour atteindre quatre milliards de dollars. Les études prédisent que l'Amérique du Nord sera la deuxième région de croissance pour le vélo électrique dans les prochaines années, juste derrière l'Europe.

Pour une poignée de dollars

"Nous avons racheté le nom de domaine Cowboy.com à un forum de cowboys texans. C'est l'un de nos meilleurs achats."
Tanguy Goretti
Cofondateur et CTO de Cowboy

C'est assez incroyable, mais aucune société de mobilité n'avait déposé le nom Cowboy aux États-Unis. La société a un autre atout marketing de poids: elle possède le nom de domaine Cowboy.com. "Nous l'avons racheté à un forum de cowboys texans il y a trois ans pour quelque chose comme 70.000 dollars. Cowboy.com est l'un des meilleurs achats que l'on ait faits", sourit le cofondateur.

Le lancement officiel aux États-Unis se fait dans le cadre de la Micromobility Conference de San Francisco. Dans le même temps, Cowboy annonce s'étendre en Suède et au Danemark pour être présente sur 12 marchés.

Cowboy va rencontrer la presse et les influenceurs à New York, San Francisco et Los Angeles. Elle veut aussi rapidement se lancer à Miami. "On va se lancer ville par ville, avec plusieurs vagues prévues. Il est très important de se faire connaître localement et d'y avoir un très bon service de maintenance ainsi que des essais à domicile", explique le CTO.

Cowboy travaille avec des indépendants pour son SAV. Dans un premier temps, l'équipe de Cowboy aux USA devrait compter "moins de 10 personnes". La société n'envisage pas l'ouverture de "saloon" (shop physiques) cette année aux États-Unis, mais "c’est un marché qui mérite des investissements sur place. On va regarder l’année prochaine".

Et pour quelques dollars de plus

Récemment Bloomberg écrivait que Cowboy recherchait 50 millions de dollars. Sur cet aspect du business, le management se tait actuellement dans toutes les langues.

Quoi qu'il en soit, la société qui vient de lancer son quatrième modèle a levé 23 millions d'euros lors de sa série B en juillet 2020.

Le développement de Cowboy prend également de plus en plus la forme d'un duel avec le hollandais VanMoof qui s'est aussi attaqué au marché américain. VanMoof, qui propose aussi un vélo connecté, a bouclé une levée de fonds de 128 millions de dollars début septembre, après avoir levé 53,5 millions de dollars en tout l'an dernier.

Le plus gros concurrent en place aux États-Unis est Rad Powerbikes qui a levé 150 millions de dollars en février dernier. "Leurs vélos électriques sont 'entrée de gamme'. Ils possèdent 25% du marché", estime Goretti.

Ruée vers l'or

Craint-il une compétition féroce aux États-Unis? "On verra, il y a une place à prendre aux États-Unis", répond-il. Rappelant au passage que "beaucoup d’acteurs sont des fabricants automobiles qui se lancent sur le marché du vélo électrique sans gros succès actuellement".

Là où Cowboy pense avoir une carte à jouer, c'est dans le volet technologique du vélo. "Nos produits vont encore plus résonner sur la partie connectivité", estime Goretti. "Même en interne, c’est très dur de se fixer les objectifs. Plusieurs milliers de personnes sont sur liste d’attente."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés