Jump sera vite remplacée à Bruxelles

Le lancement de Jump, c'était il y a un an. Les Bruxellois peuvent déjà dire au revoir aux vélos rouges partagés d'Uber. ©BELGA

Les vélos partagés d'Uber ont quitté la capitale, alors qu'un pan important de la population va chercher des alternatives aux transports en commun.

La situation est paradoxale. Jamais les besoins de micromobilité ne se sont annoncés aussi grands à Bruxelles et pourtant, le secteur a vu au cours de l'année écoulée nombre d'acteurs déserter les rues et trottoirs bruxellois. Il y a d'abord eu l'hécatombe dans le secteur de la trottinette partagée. Qui se souvient encore des Wind, Hive, Tier et consorts? 

Cette fois, c'est dans le vélo électrique partagé qu'un départ de poids a été observé. Jump (Uber) a quitté discrètement les rues de la capitale en pleine crise du coronavirus. Comme Le Soir le révélait ce mardi, les travailleurs bruxellois de la compagnie ont tous été remerciés fin de semaine passée

"C’est le moment de la micromobilité. C'est un moment historique pour positionner notre service en alternative au transport public."
Benjamin Barnathan
General Manager de Lime Benelux

Déjà actionnaire de Lime, Uber a récemment mené une levée de fonds de 170 millions de dollars (avec le concours d'Alphabet) destinée à Lime. Uber veut y transférer ses propres activités de micromobilité. Le deal est accompagné d'une option pour pouvoir racheter la compagnie dans le futur. 

En pleine crise du Covid-19, l'utilisation des trottinettes s'est réduite à sa plus simple expression, ce qui a fait fondre les valorisations des compagnies. Le deal Uber-Lime valorise Lime à 510 millions de dollars, soit une baisse de 79% par rapport aux valorisations précédentes, selon la presse américaine. 

Le temps est donc à la consolidation entre les deux services. Chez Lime ou chez Uber, on ne peut pas communiquer actuellement sur le deal pour des raisons légales.

"Moment historique pour la micromobilité"

Mais cela n'empêche pas Benjamin Barnathan, le patron de Lime au Benelux d'être d'un enthousiasme débordant pour les mois à venir. "La vision est partagée par tous dans le secteur, c’est le moment de la micromobilité. C'est un moment historique pour positionner notre service en alternative à la voiture individuelle. Les trottinettes électriques constituent également une très bonne alternative aux transports public, le temps que ces derniers reviennent à la normale", dit-il.

"Avec 40 km de pistes cyclables en un temps record, Bruxelles se situe au top, au même niveau que Paris et Milan."
Benjamin Barnathan
General Manager de Lime Benelux

Jump, actif à Bruxelles depuis à peine un an, laissera certainement un vide. Mais on sait ce que la nature en pense, du vide. On se garde évidemment bien chez Lime de dire que l'on va s'engouffrer dans la brèche du vélo électrique, mais Benjamin Barnathan rappelle que "l'horizon à moyen terme de Lime" était justement d'être multimodale.

Il n'est pas seul dans la bataille. Dott, la société de trottinettes électriques partagées, envisage ouvertement de venir avec des vélos sur la ville. Mais elle n'est pas "en mesure de donner une date de lancement pour les vélos", actuellement. 

Il y a aussi la filiale de D'Ieteren Auto, Poppy où l'on croit fortement dans une une mobilité multimodale, partagée et électrique. "Nos voitures écoresponsables, nos scooters et nos trottinettes partagés correspondent à différents besoins de déplacement et nous n'excluons pas de nous étendre à d'autres types de véhicules dans le futur, comme des vélos électriques par exemple. Cependant, sur le court terme nous gardons un focus sur notre offre actuelle à Bruxelles", nous y dit-on.

Le focus sur ces nouvelles mobilités est au cœur des réflexions sur le déconfinement des villes. "Avec 40 km de pistes cyclables en un temps record, Bruxelles se situe au top, au même niveau que Paris et que Milan", dit Barnathan. "Lime avait étudié avec Vias le manque d'infrastructures. Il se situait le long des axes clés. Les décisions suivent exactement ce rapport", sourit le patron.

Ces nouvelles pistes devraient en effet encourager l'utilisation des vélos, mais aussi des trottinettes partagées.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés