L'IBSR change de voie et passe d'ASBL à société commerciale

©BELGA

Changement de voie pour l’Institut belge de la sécurité routière (IBSR). Selon nos informations, la structure qui a vu le transfert de plusieurs de ses missions vers les Régions en raison de la régionalisation va changer de statut.

Actuellement, l'IBSR réalise ses activités sous la forme d’une association sans but lucratif (ASBL). Désormais, il est question de la transformer en une société commerciale à finalité sociale. "L’ASBL a été la structure appropriée pendant des années, mais comme notre subside fédéral a diminué et que nous développons davantage d’activités commerciales qui nous rapportent un chiffre d’affaires conséquent, il est logique que nous évoluions vers une société commerciale à finalité sociale ou autre", confirme Karin Genoe, CEO de l’IBSR. D’après elle, les activités commerciales (formation, audit, inspection, etc.) représentent aujourd’hui la moitié de ses recettes.

Dotation rabotée de moitié

Il faut dire que la régionalisation (contrôle technique, organisation des examens de permis, sensibilisation à la sécurité routière, etc.) a privé l’institut d’une partie de sa raison d’être, alors que la qualité de son travail n’a jamais été remise en cause.

En conséquence, il a perdu une partie importante de ses sources de financement. A titre d’exemple, la dotation fédérale à son profit va passer de près de 13 millions en 2014 (12.581.962 euros) à environ 6 millions en 2015, soit une diminution de plus de 52%. Son budget 2015 indique une réduction, voire une perte de ses recettes diverses (290.500 euros de la Loterie nationale, etc.).

Il a aussi subi une sérieuse cure d’amaigrissement au niveau du personnel en raison de la régionalisation (35 collaborateurs, principalement dans le département communication, sur un total d’environ 120 travailleurs).

Réduire le nombre des administrateurs

La nouvelle structure (société commerciale) permettra à l’IBSR de participer notamment à des appels d’offres pour réaliser des études pour le privé ou les autorités publiques sans être attaqué par d’autres bureaux pour concurrence déloyale avec son statut d’ASBL.

Ses dirigeants espèrent ainsi développer davantage leurs activités actuelles comme les laboratoires, l’aptitude à la conduite, l’éducation ou encore la communication. Ils entendent aussi doper leurs prestations à l’international. Les dirigeants de l’IBSR veulent faire de l’institut un vrai centre de connaissance en matière de sécurité routière.

Avec la nouvelle donne, l’institut se demande s’il est opportun de garder encore un conseil d’administration aussi pléthorique. Une réflexion est donc en cours sur ce sujet dans le cadre de la gouvernance de l’institut. Actuellement, l’IBSR compte 22 administrateurs dont la CEO Karin Genoe. Le conseil est présidé par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant (MR).

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés