L'offre de trains de nuit s'étend en Europe et vers Bruxelles

Depuis janvier dernier, le Nighjet d'ÖBB relie déjà de nuit Vienne à Bruxelles ©BELGA

Plusieurs liaisons ferroviaires de nuit vont revoir le jour en Europe. Dès décembre 2023, Bruxelles sera reliée à Berlin et par extension Paris en plus de Vienne.

L’année 2021 sera l’année du rail. Cette décision de la Commission européenne a été répétée plusieurs fois par les ministres du Transport et officiels suisses, autrichiens allemands et français ce mardi, alors qu’ils annonçaient de nouvelles liaisons ferroviaires de nuit pour relier les grandes villes européennes.

Au menu, plusieurs lignes mises sur pied par les 4 grandes compagnies ferroviaires nationales. À partir de décembre 2021, les liaisons Vienne-Munich-Paris et Zurich-Cologne-Amsterdam seront mises sur pied. La liaison Vienne-Berlin-Bruxelles-Paris suivra deux ans plus tard. Bruxelles verra donc deux nouvelles destinations atteignables avec des trains de nuit dès 2023. À partir de décembre 2024, vous pouvez également voyager de Zurich à Barcelone. Le tout est rendu possible grâce à une coopération entre les compagnies ÖBB (Autriche), Deutsche Bahn, SNCF et CFF (Suisse).

"Une bien bonne nouvelle! Les trains de nuit sont une excellente alternative pour les trajets entre certaines villes européennes."
Benoit Gilson
CEO d'Infrabel

"Une bien bonne nouvelle! Les trains de nuit sont une excellente alternative pour les trajets entre certaines villes européennes" a réagit Benoit Gilson, le CEO d’Infrabel sur Twitter.

Âge d'or

"Il y aura un âge d’or post-covid pour le train. Nous avons obtenu des résultats concrets en quelques mois seulement avec Trans Europ Express 2.0. Notre objectif est de mieux traverser l’Europe en train, notamment sur les longues distances ", a détaillé le ministre allemand des Transports, Andreas Scheurer.

Pas plus tard que la semaine prochaine, une ligne électrifiée sera en effet inaugurée entre Munich et Vienne de quoi gagner en temps de parcours entre les deux villes.

De son côté, l'Autriche, qui arrive déjà à Bruxelles avec ses "Nightjets" de la société ÖBB, a prévu d’investir 500 millions d’euros dans le matériel roulant pour les trains de nuit. En France, de vieilles rames existantes sont actuellement rénovées pour cet usage, sur des liaisons internationales et nationales comme Nice-Paris.

"L’Union européenne devrait considérer que le rail est un instrument de l’unité européenne pour les marchandises et les passagers. Les trains de nuit nous permettent d’aller plus loin sur des distances de plus de 1.000 km, de 1.500 à 2.000 km", a détaillé le PDG de SNCF, Jean-Pierre Farandou. "Les trains de nuit répondent aussi à une demande. La jeunesse a moins envie de prendre l’avion. Cela arrive de l’Europe du nord. L’avantage écologique du train est établi . Un trajet en train émet 20 à 30 fois moins de CO2. C’est le bon moment pour profiter", a-t-il ajouté.

L'été dernier, on apprenait aussi que la Suède avait l'ambition de relier, de nuit, Malmö à Bruxelles dans les deux ans à venir.

Ryanair se voit aussi championne post-covid

Alors que les trains de nuit suscitent de l’enthousiasme chez de nombreux citoyens, il ne faudrait pas oublier que la bataille est loin d’être gagnée pour le rail européen.

Si une certaine diminution des vols européens de courte distance ou saut de puce pourrait s’observer chez les compagnies aériennes traditionnelles européennes, rien de tel n’est prévu chez Ryanair. Le CEO Michael O’Leary entend passer de 150 millions de passagers à 200 millions de passagers d’ici 2026.

210 Boeing 737 max

Dans le même temps, la première compagnie aérienne européenne en nombre de passagers transportés vient de décider d’acheter 75 Boeing 737 Max en plus pour porter sa commande à 210 avions. L’idée est de passer de 500 à 600 avions dans les 5 prochaines années. Ces nouveaux avions permettront à Ryanair de transporter 197 personnes en plus par avion et de diminuer ses coûts de carburant de 16% pour un bruit diminué de 40%.

La société assise sur plus de 4 milliards de cash est mieux armée pour passer la crise que les Lufthansa et Air France-KLM de ce monde. Très agressifs sur les prix actuellement, les Irlandais pensent donc sortir bien plus forts de la crise qu’ils n’y sont entrés. Le modèle low cost de Ryanair sera donc un sacré concurrent pour ces nouvelles lignes ferroviaires naissantes.

Rappelons au passage que les compagnies aériennes classiques utilisent encore beaucoup les sauts de puce pour amener les passagers dans leur hub long-courrier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés