La fraude fait perdre plus de 16 millions aux Tec wallons, à la Stib et à De Lijn

Les usagers qui ne paient pas leurs tickets de transport font perdre des millions d'euros aux transports publics. ©Photo News

La fraude a entraîné un manque à gagner de 16,5 millions d’euros au transport en commun belge en 2012 dont 11 millions pour la Stib, 4,29 millions chez De Lijn et 1,2 million aux Tec wallons. Le phénomène est à la hausse.

Malgré les efforts des différentes sociétés de transport en commun belges pour lutter contre la fraude à bord de leurs modes de transport, le phénomène ne semble pas amorcer un recul significatif. Selon des calculs que nous avons effectués au départ des chiffres que nous ont communiqués les différents opérateurs, il en ressort que la fraude a entraîné pour eux un manque à gagner total de quelque 16,5 millions d’euros (16.506.427 euros) rien que pour les quatre exploitants de lignes de bus, de métros ou de trams en 2012.

La Stib pâtit davantage de l’attitude des voyageurs inciviques. L’exercice qui consiste à multiplier le taux de fraude apparent par les recettes de trafic indique que la société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) a perdu quelque 11 millions d’euros l’an dernier en raison de la fraude. En effet, elle affiche un taux de fraude de 4,5% en 2012 pour des recettes de trafic de 244,6 millions d’euros.

Un an plus tôt, le manque à gagner dû à la fraude était d’environ 7 millions (taux de fraude de 3% pour des recettes de trafic de 233,4 millions en 2011). Pourtant, la Stib ne ménage pas ses efforts pour sensibiliser les usagers à la nécessité de payer son ticket de transport. "Nous intensifions les contrôles et nous expliquons aux usagers, via des campagnes de sensibilisation, que la fraude nuit gravement au développement des transports publics (conséquences négatives sur des projets d’achat de véhicules supplémentaires, etc.)", nous a confié Françoise Ledune, porte-parole de la Stib. A titre d’exemple, la société a contrôlé 3,263 millions de voyageurs en 2011 et 3,743 millions en 2012.

Fraude réelle élevée

Elle reconnaît que le taux réel de fraude est largement supérieur au taux apparent (entre 12 et 15% de voyageurs se déclarent en infraction lors des enquêtes). Les surtaxes facturées aux fraudeurs ont rapporté à la Stib 2,318 millions d’euros en 2011 et 2,337 millions en 2012.

Chez De Lijn, le taux de fraude avoisine les 3% en 2012 pour des recettes de trafic de quelque 143 millions d’euros, soit un manque à gagner de 4,29 millions d’euros. D’après le porte-parole des transports en commun flamand, Tom Van de Vreken, la lutte passe par l’intensification des contrôles et la sensibilisation. De Lijn a contrôlé 1,494 million d’usagers en 2011 et 1,73 million en 2012 (+ 16%). "Nous développons aussi des projets qui permettent notamment à des usagers d’acheter leurs tickets via SMS, ça leur permet de ne plus être en infraction", dit Tom Van de Vreken. Le taux de fraude durant le premier semestre 2013 a chuté à environ 2,8% sur les lignes de De Lijn.

Contrôles renforcés

Du côté des Tec wallons, le taux de fraude est passé de 0,91% en 2011 à 0,95% en 2012 avec des recettes de trafic engrangées respectivement de 122 millions d’euros et 128 millions d’euros. A l’arrivée, le manque à gagner s’élève à 1,11 million en 2011 et à 1,216 million en 2012. Depuis 2006, les Tec wallons ont imposé la montée par l’avant à leurs usagers, ce qui a ralenti la progression de la fraude.

Le phénomène est plus difficile à évaluer à la SNCB qui n’a pas de chiffres de taux de fraude. La société indique toutefois avoir dressé 486.143 constats d’irrégularité (les fameux C170) en 2011 et 517.467 constats en 2012. "Pour lutter contre la fraude, nous avons renforcé les équipes de contrôle, déployé de nouveaux automates pour l’achat de billets et optimalisé le recouvrement des C170 (surtaxes)", explique Nathalie Piérard, porte-parole de la SNCB. Elle a récupéré 5,189 millions d’euros en 2012 (effet du recours à un huissier depuis fin 2011 en plus des services internes de la SNCB) et 2,885 millions en 2011.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés