La grève de deux jours a commencé sur le rail

©BELGA

Les ailes francophones des syndicats chrétien CSC-Transcom et socialiste CGSP-Cheminots ont déclenché mardi à 22h00 la grève qui doit perturber le rail pendant deux jours. Ce mouvement de grogne touchera particulièrement la Wallonie et Bruxelles. La Flandre devrait être relativement épargnée étant donné que les syndicats flamands ont décidé de renoncer à l'action prévue mercredi et jeudi.

La SNCB conseille aux voyageurs de ne pas compter sur les trains pour se déplacer entre ce mardi 5 janvier à partir de 22h et ce jeudi 7 janvier jusqu'au dernier train.

A l'international, les premières perturbations se sont déjà fait sentir mardi soir sur le réseau Thalys puisque les trains reliant Bruxelles-Midi et Paris-Nord de 22h13 et Paris-Bruxelles de 21h25 ont été supprimés. Mercredi, la circulation des Thalys sera complètement à l'arrêt, tandis que jeudi aucun train ne circulera, à l'exception des Thalys Paris-Bruxelles de 20h25 et de 21h25. La circulation des Eurostar est elle aussi perturbée, le dernier train à destination de Bruxelles ce mardi soir a déjà été supprimé. Mercredi et jeudi, aucun train ne circulera entre Bruxelles et Lille, mais un service adapté reliera la capitale des Flandres et Londres. Les trains TGV, ICE et EuroCity seront seront eux aussi affectés par la grève.

   

Scinder la SNCB? Ce n'est pas réaliste

Les cheminots flamands et francophones ne sont pas sur la même longueur d'onde au sujet des grèves. Ce désaccord réveille le rêve N-VA d'une scission de la SNCB. Logistiquement compliquée et probablement assez coûteuse.

Quand le communautaire s'en mêle

Les syndicats francophones ont décidé de paralyser le rail mercredi et jeudi. Leurs homologues flamands ont quant à eux décidé de lever les préavis de grève afin de donner une chance à la concertation avec la direction de la SNCB. Des perturbations sont attendues en Wallonie et à Bruxelles. Mais comme le réseau est national, la Flandre sera également touchée. Et voici comment faire d'un conflit d'entreprise, un conflit communautaire.

©© Frederik Sadones/Demotix/Corbis

Il n'a pas fallu longtemps à Bart De Wever pour saisir la balle au bond et rappeler son désir - qui n'est pas arrivé jusqu'à l'accord de gouvernement - de scinder la SNCB.

Côté francophone, on regrette cette division syndicale. "Les syndicats flamands ont fait le choix du dialogue en suspendant le préavis de grève. Par leur obstination, les syndicats francophones donnent de nouveaux arguments à ceux qui plaideraient pour une régionalisation de la SNCB, ce qui n'est pas le souhait du MR", a souligné Olivier Chastel, président du MR.

Arrêter les lignes à Bruxelles?

Dans le journal Het Laatste Nieuws, le président de la N-VA déplore le fait que "quand les cheminots font grève à Liège, les Flamands sont forcés de suivre, alors qu'ils voulaient juste aller de Gand à Bruxelles". Il se demande s'il est "nécessaire qu'une ligne relie Anvers à Charleroi ou Ostende à Liège". La réponse est oui. Et la raison est purement technique.

"La ligne ABC (Anvers-Bruxelles-Charleroi) n'a jamais eu un but commercial. C'est un fait que peu de voyageurs vont d'Anvers à Charleroi. C'est une liaison technique utile au personnel et aux trains. Vous ne pouvez pas arrêter un train entre Bruxelles Nord et Bruxelles Midi" explique Herman Welter, expert en chemins de fer.

En cas de scission entre la SNCB et la NMBS, où s'arrêteraient donc les trains? Ceux de Charleroi devraient clôturer leur voyage à Bruxelles Midi et ceux d'Anvers à Bruxelles Nord? Et qu'en serait-il des navetteurs qui s'arrêtent entre les deux stations? Et ceux qui souhaitent aller au-delà de ce terminus précoce?

Coûteux

Mark Descheemaecker, ancien patron de la SNCB ©EPA

Pour Marc Descheemaecker, ancien patron de la SNCB, "la liaison entre Anvers et Charleroi ne signifie pas automatiquement un dédoublement des trains entre Bruxelles Nord et Midi". Il propose une étape dans une ville flamande qui serait reliée à Bruxelles. Cela améliorerait le temps de trajet et la ponctualité. Oui, mais... "cela signifie des dépenses supplémentaires dans une période d'économies".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés