La grève nationale a coûté cher à la SNCB

©Photo News

Plus de 2 millions d'euros, c'est ce qu'a coûté le mouvement du 15 décembre aux chemins de fer belges. Environ 27% du personnel avait fait grève de manière effective.

La grève nationale du 15 décembre dernier a coûté 2,3 millions d'euros à la SNCB en termes de perte de revenus, a indiqué mercredi la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR), à la Chambre lors de la commission Infrastructures, Communications et Entreprises publiques. Il semble également qu'environ un quart du personnel des chemins de fer a participé à ce mouvement.

Selon la ministre Galant, la SNCB a enregistré à cette occasion une perte de revenus de 1,189 million d'euros pour ce qui concerne le transport de passagers au niveau national. Il faut y ajouter près de 463.000 euros pour le trafic international et quelque 593.000 euros liés à des indemnités variables, a-t-elle fait savoir. Le gestionnaire de l'infrastructure Infrabel a, lui, déploré une perte de revenus de 906.446 euros, ce qui correspond à la charge qui n'a pas pu être facturée aux opérateurs ferroviaires.

Des quelque 33.000 membres du personnel de deux sociétés, 9.224 ont fait grève le 15 décembre dernier. Parmi eux, 6.152 émargeaient à la SNCB et 3.072 étaient des salariés d'Infrabel, a encore précisé Mme Galant.

La députée Inez De Coninck (N-VA) a calculé qu'environ 27% du personnel avait fait grève de manière effective. "Il nous semble, par conséquent, grand temps de travailler à une proposition sur un service garanti. Avec un nombre aussi important de travailleurs disposés à ne pas faire grève, l'on peut, à mon sens, certainement assurer un service aux voyageurs les jours de grève." HED/JUG/

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés