Publicité

La guerre des parkings fait rage à l'aéroport de Zaventem

Les relations entre Car Hotel et l'aéroport de Zaventem sont tendues depuis plusieurs années. ©Photo News

Alors que les relations entre les deux parties sont tendues depuis plusieurs années, l'aéroport de Bruxelles-National vient de citer Car Hotel en faillite. La guerre des parkings n'a pas fini de faire parler d'elle à l'aéroport.

Les relations entre Car Hotel et l'aéroport de Bruxelles-National ne sont plus au beau fixe depuis des années. Le premier, qui exploite un parking avec un système de navettes vers l'aéroport, accuse Brussels Airport Company, l'exploitant de l'aéroport de Zaventem, de tout faire pour récupérer Car Hotel à vil prix. La bataille s'est jouée sur différents fronts, et notamment devant les tribunaux. La dernière joute s'est livrée ce mardi devant le tribunal de l'entreprise néerlandophone de Bruxelles, où Brussels Airport Company a cité Car Hotel en faillite

"Nous avons revu les montants à la baisse, mais malgré cela, ils ne paient plus."
La porte-parole de l'aéroport de Bruxelles-National

Pour l'aéroport, les choses sont simples et on confirme que la procédure dure depuis des années. L'aéroport reproche à Car Hotel, qui exploite un parking en bordure de la zone cargo, de ne plus payer les redevances dues pour la concession. "Nous avons revu les montants à la baisse, mais malgré cela, ils ne paient plus", nous a expliqué la porte-parole de l'aéroport, ajoutant que Car Hotel présente une énorme dette vis-à-vis de l'aéroport qui n'avait plus d'autre choix que de citer en faillite. Ce point fait l'objet d'une procédure en cours. 

Echec d'une reprise

En écoutant Michel Naets, l'actuel propriétaire de Car Hotel, on se rend compte que les relations entre parties sont fort tendues. En réalité, des discussions confidentielles semblent avoir eu lieu jusqu'au mois de décembre concernant une reprise de Car Hotel par l'aéroport, mais les discussions ont échoué sur le prix, l'aéroport mettant en balance les dettes dues par Car Hotel avec le prix. 

"Nous avons subi les attentats et surtout les travaux sur le site de l'aéroport", explique Michel Naets, qui estime que tout a été fait pour mettre des bâtons dans les roues de sa société. "Au fil des ans, ils ont intenté cinq procédures judiciaires parce qu'ils n'ont jamais eu l'intention de payer quoi que ce soit", nous a expliqué Michel Naets, qui a repris en 2012 le parking qui était jusqu'alors exploité par Q Park.

"Pendant des années, l'aéroport a eu une attitude vexatoire à notre égard, ce qui était une manière de récupérer le bâtiment."
Michel Naets
Propriétaire actuel de Car Hotel

On l'a dit, la bataille s'est jouée devant les tribunaux mais également sur le terrain. Car Hotel a d'abord perdu l'accès à sa zone de chargement et déchargement de ses clients au sein de l'aéroport, une suppression qui a été opérée de façon unilatérale. "Nous avions un accès à la route interne qui nous a été refusé", a encore précisé Michel Naets. "Pendant des années, l'aéroport a eu une attitude vexatoire à notre égard, ce qui était une manière de récupérer le bâtiment qui, aujourd'hui, vaut plus de dix millions d'euros", nous a encore précisé le propriétaire de Car Hotel. 

Pour la partie judiciaire, c'est l'avocat Johan Vanden Eynde (VDE Legal) qui est à la manœuvre pour le compte de Car Hotel. Récemment, l'aéroport a résilié de façon unilatérale la concession qui le liait à Car Hotel. Si cette affaire n'a pas encore été plaidée, elle porte sur des principes de droit intéressants, la question étant de savoir si on parle de concession de service public ou de bail privé. L'avocat de Car Hotel est d'avis qu'il s'agit d'un bail. La différence est de taille car la loi interdit l'annulation unilatérale d'un bail commercial. L'affaire devrait être plaidée d'ici la fin de l'année. 

Pour Johan Vanden Eynde, il est évident que Car Hotel dérange l'aéroport car il empêche l'extension du zoning de bureaux. Pour lui, cette citation en faillite n'est qu'un épisode de plus dans un bataille de longue haleine, mais ce point a été plaidé ce mardi devant le tribunal et un jugement devrait être rendu dans la semaine. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés