La SNCB revoit ses objectifs de ponctualité à la baisse

©BELGA

Question ponctualité, ça va de mal en pis à la SNCB. Alors que le Plan de transport était censé remettre de l’ordre afin que nos trains soient à l’heure, rien n’y fait, c’est même pire.

Si l’on regarde les chiffres, on remarque que la SNCB n’a pas réussi à améliorer la ponctualité de ses trains, que du contraire. 

Concrètement, en 2016, la ponctualité des trains atteignait 89,2%, sous les attentes pourtant fixées à 90%. En 2017, elle a baissé à 88,3%. Le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) a donc nommé plusieurs managers chargés de régler ces soucis de ponctualité, via le nouveau Plan de transport.

"On doit avoir l'ambition d'atteindre une ponctualité finale située autour de 88,0%."
SNCB

Mais rien n’y fait, sur les cinq premiers mois de 2018, la ponctualité des trains à la SNCB s’est détériorée. Entre décembre et février, elle a atteint 88,5%. Entre février et avril, elle a régressé à 88,3%. Et entre avril et juin, elle a chuté à 87,2%. Les projections indiquent que l'année se terminera avec un score de 87,2% si bien que la barre initiale des 89% ne sera pas atteinte. La société de transport ferroviaire a même été obligée de revoir ses objectifs à la baisse, révèle L’Avenir. "On doit avoir l'ambition d'atteindre une ponctualité finale située autour de 88,0%", explique la SNCB.

→ Pour rappel, pour la SNCB, un train arrive à l’heure lorsqu’il n’est pas en retard de plus de 5 minutes 59.

"Il est vrai que la ponctualité a baissé ces derniers mois. Mais c'est un constat qui ne donne pas lieu au pessimisme. Au contraire, la SNCB met tout en œuvre (avec notre partenaire Infrabel) afin d'inverser cette tendance et que la courbe de la ponctualité reparte à la hausse. On analyse d'abord, puis on implémente des actions. Une société qui met le client au centre ne laisse pas tomber les bras", commente le porte-parole Bart Crols.

Pire en Wallonie qu'en Flandre

Les lignes les plus problématiques sont situées en Wallonie. La dorsale wallonne occupe la première place (68,5% de ponctualité entre janvier et mai), devant la ligne Mons-Ath-Geraardsbergen (74,7%), celle reliant Herstal à Verviers-Central (75,4%) ex aequo avec la liaison Namur-Dinant-Luxembourg (75,4). 

La SNCB met en cause la topographie du réseau wallon (vaste, vallonné et avec plus d'ouvrages d'art) ainsi que sa vétusté. "La ponctualité est moins bonne en Wallonie même si ce n'est pas à cet endroit qu'on a la majorité de nos clients", affirme encore le porte-parole.

Vers des salaires rabotés en cas de retard? 

Le ministre de la Mobilité envisage de sanctionner si cette situation ne s'améliore pas. "Dans le prochain contrat de gestion, en cours de négociation, la partie variable de la rémunération des dirigeants de la SNCB sera liée à la ponctualité", affirme Jasper Pillen, porte-parole de François Bellot.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content