La SNCB va fermer un guichet sur trois cette année

44 guichets seront fermés cette année. ©Photo News

Le coût des guichets est trop élevé dans certaines gares, estime la SNCB qui va fermer 44 guichets sur 135 en Belgique. 37 autres verront leurs horaires modifiés.

Petit séisme dans le monde ferroviaire. La SNCB a annoncé la fermeture de 44 des 135 guichets que compte le pays.

"Nous ne fermons en aucun cas des gares ni des salles d'attente. Elles resteront ouvertes et leurs horaires seront même allongés."
Marc Huybrechts
Directeur marketing & saves

D’un point de vue purement économique, la SNCB estime avoir des arguments objectifs. Ces guichets sont très peu utilisés et inactifs entre 60% et 92% du temps. À un tel point que certains de ses guichets coûtent plus cher à la SNCB que le prix des tickets qui y sont vendus. De l'argent qui serait donc mieux utilisé ailleurs alors que la SNCB renforce actuellement son offre de 4,7%. La SNCB peut aussi se targuer d'un pourcentage de guichets plus grand que dans les pays limitrophes. Même après ces fermetures, 16% des stations belges auront encore des guichets, contre 13% en France actuellement, 4% aux Pays-Bas ou 6% en Allemagne.

Liste des gares qui verront leurs guichets fermés

Ans, Bertrix, Beveren-Waas, Binche, Châtelet, De Pinte, Diksmuide, Gouvy, Harelbeke, Heide, Heist, Jambes, Jette, Jurbise, Kontich-Lint, La Hulpe, Lede, Lessines, Leuze, Liedekerke, Luttre, Marbehan, Mariembourg, Malines-Nekkerspoel, Marchienne-au-Pont, Menen, Ninove, Opwijk, Péruwelz, Poperinge, Rhode-Saint-Genèse, Rixensart, Rochefort-Jemelle, Ronse, Saint-Ghislain, Silly, Ternat, Tielt, Torhout, Veurne, Wavre, Waterloo, Virton, Zaventem

"L'annonce du jour ne concerne en aucun cas des fermetures de gares ni de salles d'attente. Elles resteront ouvertes et leurs horaires seront même allongés", assure Marc Huybrechts, directeur Marketing & Sales à la SNCB. Ceci avec des systèmes d’ouverture automatiques des gares, des caméras et des agents de sécurité qui feront des rondes.

"Plus de 75% des transactions se font actuellement via les canaux de vente digitaux, en ce compris les automates. 97% de nos utilisateurs utilisent déjà ou souhaitent utiliser nos canaux digitaux."
Elisa Roux
Porte-parole de la SNCB

Mais on le sait, à la SNCB, le sujet est très sensible, que ce soit chez les cheminots ou chez les utilisateurs de ces gares, qui voient dans ces guichets avant tout un service public de proximité. Surtout que l’action de la SNCB ne s’arrête pas là. Les horaires de 37 autres guichets vont être revus pour s’adapter à leur utilisation. Les nouveaux horaires seront effectifs dès le 1er mars.

Une transition en douceur

La fermeture définitive des 44 guichets sera effective à la fin d’année, avec une période de transition de 6 mois au cours de laquelle des stewards seront présents pour accompagner ce changement.

"Plus de 75% des transactions se font actuellement via les canaux de vente digitaux, en ce compris les automates. 97% de nos utilisateurs utilisent déjà ou souhaitent utiliser nos canaux digitaux", détaille Elisa Roux, porte-parole à la SNCB. "Ces 44 guichets qui vont fermer ne représentent que 5% du nombre de ventes au guichet", ajoute Marc Huybrechts.

Ce type d'argument est balayé d'un revers de la main par navetteurs.be, qui estime que la SNCB "n'assume pas ses choix stratégiques de self-service", visant à systématiquement rediriger les voyageurs "vers les automates et autres supports digitaux". La CSC-Transcom parle d'une nouvelle "gifle pour le personnel de guichet qui s'est beaucoup investi cette dernière année en pleine crise sanitaire pour servir au mieux les voyageurs".

Pour la CGSP Cheminots, il s'agit d'un nouveau pas vers la déshumanisation et la désertification des gares. On y rappelle qu'il y avait encore 208 guichets en 2007 contre 91 en fin d'année 2020.

77
Équivalents temps plein supprimés
La SNCB ne confirme pas officiellement, mais la fermeture de ces guichets devrait entraîner la suppression de 77 équivalents temps plein.

La SNCB tient au passage à rappeler que ses 550 gares sont toutes équipées d'automates, qui représentent déjà plus de 50% des ventes de tickets contre à peine 20% pour les ventes au guichet. Un numéro d'assistance permet d'aider les usagers qui ne s'en sortent pas, l'opérateur étant même en mesure de prendre le contrôle de l'automate à distance si nécessaire, détaille Marc Huybrechts. Il rejette donc l'idée qu'il y aura une fracture digitale et affirme que personne ne sera obligé d'utiliser internet pour acheter son ticket.

Au niveau de l'emploi, 77 équivalents temps plein devraient être supprimés, même si la SNCB ne confirme pas officiellement ce chiffre. "Tout ceci se fera par des départs naturels, en majorité à la pension", détaille Marc Huybrechts, qui ajoute que les autres membres du personnel impactés resteront affectés "au même siège d'exploitation, avec des distances raisonnables" pour leur nouveau poste.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés