La Stib s'offre 275 nouveaux bus

©BELGA

La Stib va effectuer une refonte profonde de son réseau de bus. Le plan présenté par le gouvernement bruxellois prévoit d'augmenter la capacité des bus et entend répondre aux constats de surcharge.

Ce vendredi, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet et le directeur général de la Stib Brieuc de Meeûs ont annoncé une refonte totale du réseau de bus de la capitale.

30
Nombre de lignes qui vont ête modifiées
Au total, ce sont 30 lignes qui vont être réagencées et modifiées par la STIB.

Le gouvernement a adopté son "Plan Directeur Bus", dont la mise en oeuvre s'étalera sur trois ans à compter de juin prochain. Au total, trente lignes seront modifiées et trois supprimées (les lignes 15, 22 et 98) dont deux remplacées par de nouvelles lignes). 

275 nouveaux bus

Le plan prévoit l'achat de 275 bus supplémentaires ainsi que la création de six nouvelles lignes. Objectif affiché: tenter de désengorger le trafic et de désenclaver les zones mal desservies. A titre d'exemple, "on n'a aucune ligne directe aujourd'hui entre l'ouest et le nord de Bruxelles", a déclaré Pierre Berquin, expert responsable de la planification du réseau Stib.

Neder-Over-Heembeek, Haren, les Etangs à Anderlecht, le Transvaal à Auderghem, la cité-jardin à Watermael-Boisfort vont bénéficier du réaménagement des lignes, à l'instar de Tour & Taxis et de l'hôpital Chirec. De nouvelles dessertes intra et inter-communales seront également créées avec une capacité d'accueil et une fréquence plus grandes.

"Il s'agit de déployer de la façon la plus intelligente possible en développant des connexions inédites"
Pierre Berquin
Expert responsable de la planification du réseau de la STIB

Dans la même optique, la Stib entend mettre "l'accent sur le développement des rocades, historiquement pauvre", a indiqué Pierre Berquin. De nouvelles dessertes vont être instaurées afin de "faciliter les déplacements notamment dans la deuxième couronne de Bruxelles". Cependant aucune date n'a été précisée par les responsables du projet. "Ce ne sera pas avant 2019", a précisé le ministre de la Mobilité.

"S'adapter aux besoins locaux"

En gestation depuis 2014, le projet s'est appuyé sur l'analyse méticuleuse de la fréquentation des lignes existantes. Une étude qui a permis de mettre en évidence les tronçons de lignes très peu fréquentés et ceux qui, au contraire, souffraient d'une surcharge de passagers. "On a à certains endroits des charges dépassant la capacité théorique des bus", a commenté Pierre Berquin. D'où l'idée de scinder des lignes et de les réaménager pour optimiser la circulation et répondre aux demandes des usagers.

Le "Plan bus" a été élaboré en consultation avec les partenaires locaux. "On a voulu s'adapter aux besoins locaux des communes et des gens", a déclaré Brieuc de Meeûs. La Stib explique qu'elle a pris en compte les remarques énoncées par les autorités locales, les usagers, les hôpitaux ou encore les entreprises afin de mieux connaître leurs attentes.

Ainsi, le modèle a été pensé pour "désengorger la pression automobile autour des écoles" et pour garantir une meilleure desserte pour les élèves du secondaire, a annoncé Pascal Smet.

Une mise en oeuvre graduelle

"Ce ne sera pas le Big Bang", prévient le ministre de la Mobilité. Les transformations se feront graduellement afin de permettre aux usagers de s'adapter au nouveau réseau.

"On montre très clairement qu'on n'oublie pas le mode bus. Il fait partie intégrante de notre réseau"
Pascal Smet
Ministre bruxellois de la Mobilité

La Stib va d'ailleurs rendre publiques les informations concernant son réseau, "après les vacances de Pâques", via les médias sociaux et le site www.planbusstib.be. Le site sera complété par un comparatif des lignes avant/après. Un moyen pour les usagers d'anticiper les changements à venir.

Le plan nécessite l'achat de nouveaux véhicules et de nouvelles infrastructures comme les dépôts de bus ainsi que l'aménagement de nouveaux arrêts. La refonte de la Stib permettra la création d'une centaine de postes sur trois ans.

A plus long terme, l'objectif du projet sera de poursuivre l'électrification du réseau. Dans un premier temps, la Stib va "remplacer les bus qui polluent la ville", selon Pascal Smet. Pour mener cette transition, la société va se doter de 235 bus hybrides (standars et articulés) et d'une quarantaine de bus électriques. Les nouveaux véhicules acquis par la société permettront de remplacer pour moitié les anciens bus.

L'agenda 2018 prévisionnelle du planbus

- En juin, une nouvelle ligne dotée de midibus électriques sera mise en service dans le Pentagone (ligne 33). Le tram 9 entre Simonis et l'UZ à Jette verra également le jour et certaines lignes de bus seront réorganisées.

-En octobre, des bus électriques seront déployés sur la ligne 13 pour une phase de test.

-En novembre, la ligne de tram 94 sera étendue, le bus 42 limité à Roodebeek et la ligne 20 redéployée jusque Tour&Taxis et la Gare du Nord.

 

https://twitter.com/SmetPascal/status/977119777947881473

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n