Les alternatives à bpost sont aussi prises d'assaut

DPD n'a pu se permettre d'attendre l'ouverture de son nouveau centre de tri à Vilvoorde début d'année prochaine. ©Wouter Van Vooren

Depuis l'été, DPD a par exemple prévu des capacités temporaires et s'attend dès lundi à des volumes deux fois plus élevés que l'année passée à la même période.

Bpost n'est pas seule dans la bataille des paquets. Fedex, DPD, GLS, UPS, postnl, et une kyrielle de nouveaux acteurs comme Shippr, Urbike etc. se disputent ce marché . Les volumes ont explosé. Personne ne veut se réjouir de la crise sanitaire, mais elle a constitué une opportunité pour eux.

DPD tourne actuellement à 60% de paquets en plus que l'année passée à la même période, nous dit Frank Jahn, directeur marketing et ventes de DPD Belux. Début de la semaine prochaine, les volumes devraient doubler par rapport à l'année passée. "Nous livrons 400.000 colis par jour et d'ici lundi, nous allons passer à 500.000 colis par jour", détaille le patron.

DPD va ouvrir un nouveau centre de tri automatisé à Vilvoorde début 2021. Frank Jahn raconte qu'il a été décidé au coeur de l'été de ne pas attendre jusque-là. DPD va donc mettre en place des installations temporaires pour deux ans. Un centre de tri à Puurs et trois nouveaux dépôts ont été ouverts, à Lummen, Asse-Zellik (pour Bruxelles) et Sint-Niklaas, de quoi notamment soulager les dépôts de Flémalle et Courcelles.

Dans le même temps, 500 emplois ont été créés rien que chez DPD en Belgique: 200 dans les équipes opérationnelles pour les porter à 700 et 300 nouveaux chauffeurs engagés de manière structurelle par les sous-traitants, pour un total de 900 chauffeurs. Ces chauffeurs sont d'ailleurs au nombre de 1.100 actuellement.

"En Belgique, nos clients montrent actuellement une croissance encore plus forte que dans les autres pays. Cela vient peut-être d'un retard en termes de maturité de l'e-commerce."
Frank Jahn
Directeur ventes et marketing DPD Belux

Ces renforts devraient permettre à DPD d'arriver à absorber le flux même si ce ne sera pas de tout repos. À l'inverse de bpost, DPD compte une activité B2B importante qui tourne plus lentement actuellement, ce qui aide à subir le choc.

"Nos clients belges montrent actuellement une croissance encore plus forte que dans les autres pays. Cela vient peut-être d'un retard en termes de maturité de l'e-commerce", analyse Frank Jahn. La crise aura donc accéléré les choses comme dans beaucoup de secteurs. DPD pense qu'une fois la crise passée, les volumes devraient rester 30% à 40% au-dessus des niveaux pre-covid.

Retards limités

"Nous comptons en Belgique 6 à 7% de colis qui ont un jour de retard. On pourrait arriver à 10% de retard la semaine prochaine", confie Frank Jahn. Mais il prévient qu'il sera compliqué pour DPD d'accepter de gros volumes de dernière minute non prévus par les clients.

Heureusement, les chauffeurs sont actuellement aidés par une mobilité moins compliquée. Les livreurs de DPD font une livraison toutes les 3 minutes et sont passés de 15 à 20 livraisons par heure. Ceci continuera si la météo est clémente. Car le pire qui pourrait arriver pour DPD, comme pour les autres, ce serait qu'il neige...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés