Mega-shopping et envol du cours pour Euronav

©BELGA

Euronav a racheté 15 navires à Maersk. Le marché a salué l'opération d'un bond de plus de 20% de l'action, pour ne clôturer finalement qu'en hausse de 6,94%. Cette acquisition place Euronav au même rang que le leader mondial du transport pétrolier, la Noorse Frontline. Le financement de l'opération est bouclé.

Le transporteur maritime Euronav a frappé fort dans le domaine du transport pétrolier sur mer. L'entreprise a annoncé dimanche avoir acheté pour près de 1 milliard d'euros 15 supertankers à une filiale de son concurrent Maersk. Avec la reprise de ces "Very Large Crude Carriers" (VLCC) à Maersk Tankers Singapore, l'entreprise belge double largement sa propre flotte.

Les VLCC ont une capacité de 200.000 à 320.000 tonnes et sont surtout utilisés pour le transport de pétrole brut à travers le monde.

Les navires, qu'Euronav a acheté pour un total de 980 millions de dollars (722 millions d'euros), ont en moyenne 4 ans d'âge.

Maersk souhaite se concentrer sur le transport de produits raffinés. Euronav, selon ses propres dires, voit cette reprise comme "une première étape d'une plus large consolidation dans les flottes de tankers mondiales".

A savoir

A la reprise de cotation, le cours d'Euronav a gagné près de 20% à 10,47 euros. Avant la suspension, le titre s'échangeait 8,65 euros.

L'action n'a finalement gagné "que" 6,94% sur la séance à 9,25 euros.

Selon le journal De Standaard, cet achat porte Euronav au même rang que le leader mondial du transport pétrolier, la Noorse Frontline.

Comment Euronav va-t-il financer cette acquisition?

1. Recours au capital autorisé. Euronav va augmenter son capital de 50 millions de dollars par le biais du capital autorisé. Les nouveaux titres émis le seront au prix de 6,7 euros. Un groupe d'actionnaires institutionnels a déjà indiqué qu'il souscrirait à l'opération.

2. Augmentation de capital. Euronav va convoquer une assemblée générale extraordinaire pour demander l'autorisation à ses actionnaires de  lever 300 millions d'euros, une opération qui sera réservée aux mêmes institutionnels et se fera au même prix de 6,7 euros. Avant l'annonce de cette mega-acquisition, Euronav s'échangeait à 8,65 euros.

3. Financement bancaire. Finalement, la société anversoise va finaliser dans les jours à venir un prêt bancaire de 500 millions de dollars ainsi qu'un crédit mezzanine (c'est-à-dire une forme de crédit àcheval entre du financement par emprunt et du financement par fonds propres) pour boucler ce financement.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés