Pas de bonus pour la patronne de la SNCB Sophie Dutordoir

©BELGA

Arrivée aux commandes de la SNCB en mars 2017, Sophie Dutordoir a perçu une rémunération brute fixe de 198.719 euros l’an dernier. Son prédécesseur Jo Cornu a touché un total de 75.167 euros pour janvier et février 2017.

Arrivée aux commandes de la SNCB le 7 mars 2017, Sophie Dutordoir attendra encore un peu pour savoir si elle touchera une rémunération variable pour l’année dernière. En tous cas, les documents préparés pour l’assemblée générale du 31 mai de l’entreprise ferroviaire ne font pas mention d’un quelconque montant pour la partie variable. Ils stipulent simplement que durant l’exercice 2017, l’administratrice déléguée Sophie Dutordoir a perçu en termes de rémunération brute globale, une partie fixe de 198.719,40 euros. Il n’y a pas d’avantages en nature, ni d’assurance groupe ou d’assurance hospitalisation.

198.719 euros
Sophie Dutordoir a perçu une rémunération brute de 198.719 euros en 2017.

Contacté par nos soins, la SNCB confirme l’information en précisant qu’il y a un décalage d’un an dans l’octroi de la rémunération variable dont le montant maximum s’élève à 60.000 euros brut par an indexés. Son calcul est réalisé par le conseil d’administration sur la base d’objectifs que celui-ci fixe.

Quels sont ces objectifs pour Sophie Dutordoir en 2017? Probablement, le niveau de l’excédent brut d’exploitation cash récurrent (Ebitda), la ponctualité sans neutralisation et les minutes de retard ainsi que la satisfaction des voyageurs. Pour rappel, la ponctualité des trains de la SNCB s’est un peu dégradée en 2017. L’an dernier, 88,3% des trains étaient à l’heure ou affichaient un retard de moins de 6 minutes, contre 89,2% en 2016. Et les performances pour les quatre premiers mois de 2018 ne sont pas fameuses. La ponctualité ne s’améliore pas par rapport en 2017, elle continue à se dégrader.

Merci l’indexation

En attendant, le document détaille le salaire de son prédécesseur Jo Cornu pour les (2 ou 3?) derniers mois de sa direction de la SNCB. Pour sa mission d’administrateur délégué jusqu’en mars 2017, il a touché une rémunération brute globale composée d’une partie fixe de 59.615,82 euros et d’une partie variable de 15.551,94 euros.

On connaît aussi la rémunération du CEO d’Infrabel, le gestionnaire d’infrastructure ferroviaire. L’an dernier, Luc Lallemand a perçu une rémunération brute fixe de 239.851,64 euros en tant qu’indépendant et une partie variable de 62.570 euros, soit un total de 302.421,64 euros. Il dépasse les 290.000 euros fixé en 2013 par le gouvernement fédéral (une partie fixe de 230.000 euros et une partie variable de 60.000 euros) en raison de l’indexation qui s’applique tant à la partie fixe qu’à la partie variable. Luc Lallemand a bénéficié aussi d’un avantage en nature (voiture de fonction) évalué à 4.173,51 euros en 2017.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content