Publicité
Publicité

Perquisition dans les bureaux de Uber à Bruxelles

©BELGA

Les bureaux bruxellois d'Uber ont été perquisitionnés suite à une plainte déposée au pénal fin 2014 par le ministre de la Mobilité Pascal Smet.

La société de covoiturage urbain Uber a confirmé samedi après-midi dans une courte déclaration le passage des "autorités locales" dans son bureau bruxellois jeudi dernier. Plusieurs journaux faisaient état samedi d'une perquisition dans les locaux d'Uber.

Le plus important est qu'un projet est actuellement sur la table du gouvernement bruxellois afin de créer un cadre légal autour d'Uber, souligne la société.

"La transparence et la responsabilité sont les priorités d'Uber, et nous continuons à faire notre possible pour participer à un dialogue ouvert et constructif afin de rendre la mobilité à Bruxelles plus abordable", ajoute Filip Nuytemans, general manager pour Uber en Belgique.

La perquisition fait suite à une plainte déposée au pénal, fin 2014, par le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) contre la société Uber, dont il soupçonnait des chauffeurs de travailler en noir.

Selon les journaux, les enquêteurs ont saisi des documents portant notamment sur la comptabilité de la société. Leur enquête vise à déterminer si les pratiques du service de voiture avec chauffeur sont conformes à la législation belge.

Les activités d'Uber se poursuivent, a ajouté un porte-parole.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés