Publicité

"Réaliser une acquisition par an chez Ziegler? Pourquoi pas?"

©Saskia Vanderstichele

À 33 ans, Diane Govaerts succède à son grand-père, resté 75 ans aux commandes, en tant que CEO du groupe multinational de transport Ziegler.

Le chauffage coûte cher. Cette porte doit rester fermée lorsque le chauffage fonctionne. Le message – en deux langues – affiché sur les portes à l’intérieur du siège social de Ziegler à Bruxelles, montre que le groupe de transport belge fait attention aux détails. Ziegler, que l’on connaît grâce à ses camions verts au logo jaune, est l’une des grandes multinationales belges. Elle prépare son avenir en toute discrétion. Sans dépenses somptuaires.

Le lambris qui orne les murs du couloir administratif respire l’ambiance des années 1950, mais il est probablement encore plus ancien. Aujourd’hui, il est devenu "vintage". Rien ne permet d’imaginer que le bâtiment – situé à côté du site de Tour et Taxis – abrite une entreprise implantée dans 14 pays et qui a facturé l’an dernier pour 1,2 milliard d’euros.

Nous sommes les plus petits parmi les grands du transport. Nous sommes mieux positionnés pour faire du travail sur mesure.
Diane Govaerts
Ziegler

Dans la petite salle de réunion où nous fait entrer la secrétaire de direction, on trouve une ancienne table à cartes recouverte de feutre vert et deux bustes d’Arthur Joseph Ziegler. Émigré suisse, il a démarré en 1908, avec des chevaux et des charrettes, l’importation de tonneaux de vins de Bordeaux. L’étiquetage des bouteilles était réalisé à Bruxelles. De la logistique avant la lettre. Son fils Arthur lui succède en 1943. Il développe Ziegler et transforme l’entreprise en une multinationale avec 120 implantations et 3.240 employés. Arthur est décédé à la fin de l’année dernière à l’âge de 96 ans. Il a dirigé le groupe pendant 75 ans.

Record du monde

"C’est un record du monde, on peut le dire ainsi", répond en souriant Diane Govaerts, qui dirige Ziegler depuis quelques mois. Après des études d’ingénieur commercial, elle a travaillé pendant sept ans chez Degroof Petercam comme gestionnaire de fonds. Elle a ensuite rejoint l’entreprise familiale au sein de l’équipe de direction, aux côtés de son oncle Alain Ziegler.

Ziegler

• 1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires facturé en 2017, pour 917 millions d’euros de chiffre d’affaires "réel" (+ 5,5%)

 3.200 travailleurs

 Principaux métiers: transport routier (62% du chiffre d’affaires), transport fluvial (22%), transport aérien (9%), logistique (4%), niches (3%)

 Succursales dans 14 pays

 Principaux marchés: la France (47%), la Belgique (23%), l’Allemagne (7%), les États-Unis (6%), les Pays-Bas (6%), la Suisse (5%), la Chine (3%)

 Détenue à 100% par la famille

"J’étais prédestinée à suivre les traces de mon grand-père, raconte-t-elle. Mais je voulais d’abord apprendre à voler de mes propres ailes. Pendant plus de deux ans, mon grand-père m’a présentée à tout le monde dans l’entreprise comme son futur successeur. Le passage de témoin s’est donc fait de manière naturelle. J’ai toujours eu des liens très forts avec lui. Nous discutions affaires au moins une fois par semaine. Mon oncle est président de Ziegler. Nous sommes très complémentaires."

Diane Govaerts ne semble pas être impressionnée par l’énorme responsabilité qu’elle porte sur ses épaules, dans une entreprise dont le chiffre d’affaires annuel avoisine les 900 millions d’euros. "Je dors bien, merci. Je vois ma fonction comme un beau défi. Je pense que c’est inscrit dans mes gènes. Je suis aussi très bien entourée. Ziegler est un nom connu internationalement. Cette année, nous fêtons nos 110 années d’existence."

Je vois ma fonction comme un beau défi.


Lorsque nous mentionnons que son groupe n’a pas l’image d’une entreprise moderne et dynamique, mais plutôt celle d’un géant endormi, ses yeux se mettent à pétiller. "Je ne suis pas d’accord avec vous. Au contraire, nous sommes très modernes. Nous comptons plus de 100 informaticiens, nous développons nous-mêmes notre informatique, nos chauffeurs communiquent via iPad, toutes les livraisons sont traçables et notre flux de documents est entièrement digitalisé, des connaissements aux documents douaniers, en passant par les factures."

Une acquisition par an

©Saskia Vanderstichele

Govaerts ne compte pas opérer de changements radicaux. Elle estime que c’est déjà un défi de poursuivre sur la lancée de l’entreprise. "Mon grand-père était un entrepreneur dans l’âme doublé d’un optimiste. Quelqu’un qui faisait bouger les choses. À une certaine époque, il réalisait une acquisition par an. Incroyable. En 2015, nous étions encore à Londres pour la reprise de la société de transport britannique Phœnix. Nous poursuivons notre croissance externe, nous regardons les sociétés qui se portent bien au niveau local, comme les entreprises familiales dont les patrons n’ont pas de successeur ou qui ont des problèmes de croissance."

Le transport routier représente plus de la moitié du chiffre d’affaires de Ziegler. Govaerts souhaite surtout renforcer le transport maritime, aérien, ainsi que certaines niches. Dans ces niches – appelées "spécialités" – les marges sont plus élevées.

3 millions de bouteilles de vin

Je suis aussi très bien entourée.

Une de ces niches est le transport de vin. "Notre division Wine & Spirits est à l’origine de l’entreprise. Nous stockons 3 millions de bouteilles de vin dans des entrepôts situés dans la région bordelaise. Ils représentent au total une superficie de 7.200 m2. Nous assurons le transport entre les domaines viticoles et nos entrepôts, nous collons les étiquettes et nous exportons dans le monde entier. De plus en plus vers la Chine, un marché en pleine expansion", dit Diane Govaerts.

©Saskia Vanderstichele

D’après elle, les Chinois achètent "tout ce qu’ils peuvent en vins de Bordeaux". Ils ont également découvert les vins sud-africains, espagnols, les bières belges et allemandes. Dans le port de Bruxelles, Ziegler possède un grand entrepôt dédié au marché chinois. Depuis peu, l’empire du Milieu a découvert l’eau en bouteille d’origine française. "Nous allons aussi en exporter", assure la nouvelle CEO.

Ziegler compte neuf bureaux en Chine qui emploient 130 personnes. L’an dernier, l’entreprise y a envoyé plus de 2.000 conteneurs.

Caractère familial

Tout comme son grand-père, Diane Govaerts tient beaucoup au caractère familial de l’entreprise. "Ziegler doit rester une société familiale. Il y a de la place pour une entreprise de cette taille. Vous avez les big four: DHL, Schenker, K +N et DSV. Nous sommes la plus grande société parmi les petites et la plus petite parmi les grandes. Nous sommes mieux positionnés pour faire du travail sur mesure. C’est plus difficile pour les grands groupes."

Ziegler est un nom connu internationalement.

Compte-t-elle, comme son grand-père, réaliser une acquisition par an? Elle rit. "Pourquoi pas? Nous sommes constamment à la recherche d’opportunités. Nous souhaitons encore nous développer en France et en Allemagne. Mais il est tout aussi important d’avoir de bons partenaires. Nous ne devons pas nécessairement acheter d’autres entreprises. Nous continuons également à investir. Cette année, nous construisons un nouvel entrepôt de 10.000 m2 à Aubange, à la frontière belgo-luxembourgeoise. Nous agrandissons notre bâtiment à Rekkem et nous lançons un service de distribution avec 105 camions en Belgique et au Luxembourg, pour des livraisons dans les 24 heures."

Cette année, nous fêtons nos 110 années d’existence.

Est-il plus amusant d’être CEO de Ziegler que de travailler comme gestionnaire de fonds chez Degroof Petercam? Elle rit: "C’est différent. Le secteur du transport n’a pas une image très sexy, mais je le trouve passionnant. Vous êtes en contact avec toutes les facettes de l’économie."

Expo 1958
Expo 1958

La division Expo Logistics est un des marchés en croissance de Ziegler. "Nous l’avons créée en 1958 lorsque nous avons été nommés transitaires officiels de l’exposition universelle de Bruxelles. Cela nous a permis de nous faire connaître à l’international, et de nouer énormément de contacts", explique Diane Govaerts. Aujourd’hui, Ziegler organise des expositions et des salons dans le monde entier, la plupart du temps en collaboration avec d’autres partenaires. "À Bruxelles, nous nous occupons de Batibouw, du Salon de l’auto, et de la Seafood Expo. C’est un secteur à forte valeur ajoutée", poursuit la nouvelle CEO. Un nouveau domaine d’activité est l’aéronautique. Ziegler transporte des pièces pour l’industrie aéronautique et spatiale 24h/24, 7 jours/7. "Nous avons des bureaux en France et en Afrique du Sud. Nous envisageons également d’en ouvrir un à Zaventem." À Alost, Ziegler exploite également un entrepôt dédié au transport de moteurs.Une autre spécialité, c’est le fret lourd. Il s’agit du transport de speed boats (vedettes), d’aqueducs, et autres chargements exceptionnels vers l’Afrique.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés