RER: première réunion depuis 2009

© Belga

Les ministres en charge de la mobilité et des entreprises publiques se sont réunis mardi pour évoquer l'avancement du Réseau Express Régional. Le projet est toujours en cours d'aménagement et le comité s'est entendu pour garantir sa poursuite "dans le cadre des budgets disponibles".

Les ministres de la Mobilité, ainsi que le ministre des Entreprises publiques se sont réunis mardi, pour la première fois depuis 2009 pour plancher sur l'avancement du Réseau Express Régional en cours d'aménagement pour réduire la pression automobile au centre du pays. Selon le secrétaire d'Etat fédéral de la Mobilité, Melchior Wathelet, le comité s'est mis d'accord sur plusieurs décisions destinées à garantir la poursuite du projet RER "dans le cadre des budgets disponibles".

Les ministres se sont engagés à améliorer l'offre de transport public dans la zone du RER afin d'encourager l'utilisation des transports en commun, l'intermodalité et développer une offre intégrée.

Pour atteindre ces objectifs, une analyse de la demande, de l'offre et de l'organisation a été finalisée en 2009. Depuis lors, le CEMM ne s'est plus réuni, en raison d'élections successives, des affaires courantes et de la formation du gouvernement.

Pour Melchior Wathelet qui participait à la réunion aux côtés du ministre fédéral des entreprises publiques Paul Magnette, ainsi que des ministres régionaux de la Mobilité Philippe Henry (Région wallonne), Brigitte Grouwels (Région bruxelloise) et Hilde Creviets (Région flamande), la réunion a avant tout fait sortir le dossier RER de son hibernation politique.

Les différents ministres ont notamment convenu que l'offre complète RER doit être réalisée le plus rapidement possible dans des phases successives clairement définies. Ils souhaitent également recevoir, d'ici juin 2012 de la part de chaque entreprise, un plan pluriannuel coordonné, intégré et détaillé, accompagné d'un schéma d'exploitation intégré.

Il faut aussi s'assurer que le programme RER s'accorde avec les plans d'investissement des six entreprises concernées (SNCB-Holding, SNCB, Infrabel, STIB, De Lijn et SRWT) et que les phases successives du développement du RER soient reprises dans les plans de transport des quatre sociétés de transport.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés