SNCB et Infrabel accumulent 450 millions de pertes avec la crise

©BELGA

En plus du lourd impact de 400 millions pour la SNCB, Infrabel mise sur une perte de 47,7 millions en raison du coronavirus.

Sophie Dutordoir a tapé du poing sur la table en Commission Mobilité de la Chambre ce mercredi. La CEO de la SNCB veut que la mission de service public soit attribuée pour 10 ans à sa société.

Une demande récurrente, mais aujourd’hui la patronne a des arguments supplémentaires, car la crise est passée par là. Pendant la crise du Covid-19, "la SNCB a pleinement rempli sa mission en tant que colonne vertébrale de la mobilité, au profit de l’économie du pays et des déplacements essentiels", a rappelé la patronne. La SNCB estime être la plus à même pour garantir une continuité de service. "En tant qu’opérateur historique, la SNCB peut se prévaloir des connaissances et de l’expérience requises pour l’ensemble du réseau", insiste-t-on à la SNCB.

Le "service de trains d’intérêt national" n'a pas été gratuit alors que la SNCB va perdre 400 millions d'euros cette année. Infrabel mise de son côté sur une perte de 47,7 millions d'euros en 2020 à la suite de la crise liée au coronavirus, a confirmé mercredi le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire lors de la commission.

"Vu l'impact économique et sanitaire structurel attendu sur le comportement de nos voyageurs, les résultats de la SNCB devraient rester sensiblement sous pression durant les prochaines années", a insisté la SNCB. Ce qui devrait mettre aussi la pression sur la part des investissements que la société pourra financer elle-même à travers son excédent d'exploitation. La SNCB s'attend donc à un déficit de financement d'1,19 milliard d'euros pour 2020-2030.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés