Publicité

Thalys reprend des couleurs avant son mariage avec Eurostar

Le nouvel espace bar du Thalys a été rebaptisé Kiosk. ©@Thalys

Thalys a présenté ses nouvelles rames RubY qui pourront accueillir des vélos "entiers". L'entreprise est toujours en négociation pour fusionner avec Eurostar.

Vous l'avez peut-être déjà utilisée depuis l'été, mais c'est ce mardi que Thalys inaugurait officiellement sa première rame rénovée. Cette rame au nom de code "RubY" est griffée par le cabinet de design belge Yellow Window, dirigé par Axel Enthoven, avec le concours de la Française Matali Crasset sur certains éléments.

Deux "vélos entiers" pourront ainsi embarquer sur chaque rame RubY dans un espace dédié.

L'idée est de permettre d'augmenter la capacité de transport de 7,5% dans les rames (28 sièges en plus) "sans diminuer, voire en augmentant le niveau de confort", nous dit-on chez Thalys. Les nouvelles rames, qui seront déployées progressivement dans les prochaines années, proposent aussi 15% de place en plus pour les bagages.

Il y aura la possibilité de prendre son vélo à bord, sans devoir le démonter, une première pour Thalys. Deux "vélos entiers" pourront ainsi embarquer dans chaque rame RubY, au sein d'un espace dédié, alors qu'actuellement les vélos devaient être démontés et emballés pour voyager sur Thalys.

Arrivée à point nommé

Cette nouvelle rame, qui amène son lot de nouveautés à bord, arrive alors que la société franco-belge tourne à 80% de son offre normale (d'avant pandémie) avec, actuellement, 19 allers-retours Bruxelles-Paris par jour. "Le taux d'occupation dépend des jours, mais, actuellement, nous sommes à plus de 80%", explique Bertrand Gosselin, CEO de Thalys.

"Même en restant sur notre trajectoire, la situation financière de l’entreprise va rester tendue pendant deux ou trois ans."
Bertrand Gosselin
CEO de Thalys

La société avait obtenu un financement à quatre ans pour 120 millions d'euros auprès des banques en mai dernier. Un premier financement externe historique pour Thalys qui doit lui permettre de tenir le choc le temps que la situation sanitaire se normalise.

"Nous sommes sur notre trajectoire. Le trafic revient bien et fort, surtout en cette période de vacances scolaires", dit Gosselin. "Pour autant, on ne sort pas indemnes d’une période atone de 18 mois. Même en restant sur notre trajectoire, la situation financière de l’entreprise va rester tendue pendant deux ou trois ans", détaille le patron qui voit le retour au niveau pré-covid avant la fin 2023.

Thalys, qui va encore perdre de l'argent en 2021, espère redevenir profitable dès l'année prochaine. Le financement de 120 millions d'euros vise "à la fois à sécuriser 2021 et 2022 et à accompagner notre développement", ajoute Bertrand Gosselin.

Sauts de puce

Les discussions belges sur une taxe pour les vols de courtes distances sont du pain béni pour le CEO de Thalys. Il y voit d'abord, "un signal donné à l'ensemble de la population que l’on ne peut plus continuer comme avant", dit-il.

Ce genre de taxe sur les vols s'applique tout particulièrement aux destinations Thalys et Eurostar depuis Bruxelles, comme Londres, Cologne ou Paris. Et le CEO de rappeler que sur un axe comme Bruxelles-Paris, Thalys "a raflé quasi tout le marché", mais qu'il y a, par contre, des choses à faire pour favoriser ce transfert modal sur Bruxelles-Amsterdam ou Paris-Amsterdam.

Projet Green Speed

Un temps en pause, les discussions sur la fusion entre Eurostar et Thalys ont repris de plus belle. Le projet Green Speed est à nouveau sur les rails et a pour ambition de voir le jour dans les deux à trois ans.

Le siège du nouvel holding sera à Bruxelles et le nom commercial retenu sera Eurostar.

Mais Bertrand Gosselin rappelle que ce n'est pas encore fait pour autant. Il faudra la signature des différents actionnaires d’ici à la fin de l’année, puis la validation par la Commission européenne pour les questions de concurrence.

Le siège du nouvel holding sera à Bruxelles et le nom commercial retenu sera Eurostar, bien plus connu en Asie et en Amérique que Thalys.

Mais certains éléments de ce projet pourraient aller plus vite. L'ambition est d'avoir un site unique pour la vente de tickets dès 2023. Des promotions et des programmes communs de fidélité sont envisagés dès l'année prochaine.

150 millions
d'euros
Le projet de rénovation des rames de Thalys devrait coûter en tout 150 millions d'euros.

"Deux produits très forts"

Le renouvellement des rames de Thalys dans un style très caractéristique ne tombe-t-il pas un peu mal, alors qu'Eurostar est la marque retenue pour l'avenir? "Nous allons conserver deux produits très forts malgré tout. Un produit à dominante rouge et un produit à dominante bleue", répond Bertrand Gosselin.

La rénovation RubY, qui se réalise dans le Technicentre industriel d'Hellemmes à l'est de Lille, courra jusqu'en 2024. Le projet devrait coûter en tout 150 millions d'euros et l'essentiel des rames devraient être rénovées en 2022-2023. Il doit aider Thalys à atteindre son objectif de 30 millions de passagers d’ici à 2030.

Rappelons que les rames Thalys ne peuvent pas emprunter le tunnel sous la Manche. Il faudra en tenir compte au moment d'élaborer une offre commune avec Eurostar qui possède 25 trains de 400 mètres, soit le double de longueur par rapport à Thalys.

Le résumé

  • La première rame rénovée RubY de Thalys a été présentée ce mardi.
  • Elle permet d'embarquer 28 sièges, deux vélos et 15% de bagages supplémentaires.
  • Elle arrive à point nommé, alors que les affaires reprennent pour Thalys.
  • La fusion avec Eurostar a repris son cours, mais n'a pas d'influence, à ce stade, sur le programme de rénovation des rames.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés