Un deuxième tunnel ferroviaire pourrait voir le jour à Bruxelles

©Photo News

Il permettrait d’augmenter le trafic sur la jonction Nord-Midi. Son coût: 2 milliards.

D’après des documents du conseil d’administration d’Infrabel, qu’un vent favorable nous a fait parvenir, le gestionnaire de réseau projetterait de construire un deuxième tunnel ferroviaire le long de la jonction Nord-Midi. Aujourd’hui, aux heures de pointe, pas moins de 88 trains/h traversent le tunnel à 6 voies, inauguré en 1952, soit à peine moins que le maximum de 96. Le moindre problème survenant dans ce goulot d’étranglement provoque d’énormes retards. Le succès du chemin de fer et le développement du RER (Réseau express régional) obligent les responsables à augmenter la capacité de la jonction de 30 à 50%.

Trois champs d’action sont explorés pour désengorger la jonction Nord-Midi.

Pour la période 2020-2040, trois champs d’action sont explorés par Infrabel et la SNCB. Tout d’abord, la capacité de la jonction actuelle pourrait être augmentée en réduisant les croisements de voies et en améliorant la répartition des trains dans les tunnels. Ensuite, le nombre de trains utilisant les voies de contournement pourrait être augmenté. Mais à long terme, on parle de construire une nouvelle jonction souterraine.

Deux "trajets à évaluer"

Ce nouveau tunnel devrait permettre d’augmenter la vitesse des trains internationaux traversant la capitale. Lorsque les trains internationaux emprunteront le nouveau tunnel, la jonction Nord-Midi actuelle sera moins encombrée, ce qui améliorera la fluidité des trains nationaux.

©BELGA

Infrabel propose deux "trajets à évaluer". La première option propose de construire un nouveau tunnel entre les gares internationales Bruxelles-Midi et Bruxelles-Nord. La deuxième option souterraine relierait directement Bruxelles-Midi à Schaerbeek qui, dans ce cas, deviendrait la deuxième gare internationale de la capitale. Dans les deux scénarios, une ou deux gares bruxelloises devraient être agrandies.

D’après le document, ce projet coûterait 2 milliards d’euros. Selon un avant-projet faisant partie du plan d’entreprise d’Infrabel – que nous avons pu consulter – les travaux dureraient "plus ou moins dix ans".

Infrabel tient à souligner que rien n’est encore décidé.

Navetteurs.be, l'association de défense des usagers du rail, a réagi sur Twitter:

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect