Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les expatriés n'hésitent pas à payer pour un surcroît de confort

©doc

Notre pays compte 220.000 expatriés environ. Leurs employeurs sont prêts à régler des loyers élevés en échange d’un confort accru. Pour les propriétaires immobiliers, ce groupe de locataires solides constitue un atout important.

Le nombre d’expatriés en Belgique a augmenté de près de 50% en 15 ans. La plupart d’entre eux – plus de 100.000 étrangers, généralement hautement qualifiés – habitent et travaillent à Bruxelles. Au cœur de l’Europe, un habitant sur 17 est un expatrié, et trois eurocrates sur cinq y vivent.

La présence de 2.000 multinationales, d’ambassades, de l’Otan et de plusieurs institutions européennes favorise cette dynamique internationale. Le fait que les sièges de nombreuses entreprises belges soient implantés en région bruxelloise n’y est pas non plus étranger.

Le bon emplacement

"Le critère de l’emplacement a davantage de poids pour un expatrié que pour un locataire ordinaire", indique Bart Paeleman chez Skyline Europe, une entreprise familiale belge forte de 40 ans d’expérience dans l’immobilier.

Les employeurs des expatriés sont généralement de bons payeurs. Les propriétaires peuvent donc compter sur des revenus stables.
Bart Paeleman
Skyline Europe

"Une bonne accessibilité en transport en commun et une liaison aisée avec l’aéroport sont essentielles. En tant que promoteur de projets, nous nous concentrons sur l’immobilier professionnel, par exemple dans le quartier européen de Bruxelles, dans celui de l’Otan et dans les parcs d’entreprises. Ceci dit, l’emplacement revêt également une grande importance à Anvers, où la demande d’immobilier pour expatriés augmente."

2.000 euros par mois

Bien que les expatriés soient plus exigeants que les locataires ordinaires, les entreprises étrangères qui envoient des collaborateurs chez nous sont prêtes à ouvrir largement leur portefeuille pour un logement confortable. Des loyers de 2.000 euros par mois ne constituent pas une exception dans la région bruxelloise.

"Les expatriés constituent un groupe de locataires solides", embraie Bart Paeleman. "Leurs employeurs sont généralement de bons payeurs, et les propriétaires peuvent compter sur des revenus stables. La sécurité de paiement est un atout crucial par rapport au marché locatif ordinaire."

Parmi les récentes réalisations de Skyline Europe, citons l’Ambassador Park, à proximité de l’Otan. "Ici, les employeurs déboursent des loyers qui atteignent facilement le double du reste de la Belgique. Un appartement à un endroit stratégique comme celui-ci non seulement produit des revenus locatifs intéressants, mais apportera sans doute une plus-value à plus long terme. À l’exception de quelques fluctuations, les prix de l’immobilier n’ont cessé d’augmenter ces 30 à 40 dernières années. Et il n’en ira pas autrement à l’avenir."

Logo
Partner Content offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.