portrait

Bas Beerens, l'entrepreneur fiché créativité

WeTransfer se verrait bien fouler le parquet de la bourse d’Amsterdam. Derrière ce succès hollandais se trouve Bastiaan Beerens, un entrepreneur plus intéressé par la créativité que par la gestion d’un géant de la tech.

Le message irrite à chaque fois qu’il apparait une fois le bouton 'Envoyer' pressé. "Ce fichier est trop volumineux pour être envoyé en pièce jointe". Pour bon nombre d’utilisateurs, la suite se passe alors du côté de WeTransfer. Cette page web ultra simple permet d’envoyer les fichiers avec un peu trop d’embonpoint. Selon les chiffres de la société, 60,1 millions d’utilisateurs passeraient par ses services chaque mois. Assez pour passer du côté des entreprises cotées? Le site ne serait pas contre le principe. C’est du moins ce que pense savoir la chaîne britannique SkyNews. Selon le média britannique, WeTransfer serait d’ailleurs actuellement en train de discuter d’une telle opération avec plusieurs banques.

Trois mois après le lancement de WeTransfer, le système était déjà actif dans 187 pays.

L’entreprise partirait sur une cotation à la bourse d’Amsterdam. Car oui, derrière cette start-up qui sent bon la Silicon Valley se cache un trio d’entrepreneurs bataves. L’idée de l’entreprise a germé dans la tête inspirée de Bastiaan (Bas pour les intimes) Beerens. À l’époque, ce diplômé d’une école de graphisme est à la tête d’OY Communications, une agence lancée en 1997. À force de devoir systématiquement envoyer de lourds fichiers, le patron de la petite entreprise développe un système de transfert de fichiers simple. On est en 2009 et l’idée de WeTransfer vient de voir le jour. Histoire de ne pas se lancer seul dans l’aventure, il fait appel à Rinke Visser et surtout, Nalden, un célèbre blogueur néerlandais dont il était fan.

Le sauce du succès prendre directement. Trois mois après le lancement de WeTransfer, le système est déjà actif dans 187 pays. La profitabilité pointe, elle, le bout du nez dès 2013, explique WeTransfer sur son site. L’entreprise doit son succès à son système ultrasimple, son service gratuit largement suffisant pour la plupart des utilisateurs et le tout fait avec style. La présentation est léchée et le visuel de l’outil est visiblement une religion pour son fondateur.

Bio express

2009: Bas Beerens crée WeTransfer avec Nalden et Rinke Visser.

2013: WeTransfer devient rentable.

2015: Levée de fonds de 25 millions de dollars.

2016: Bas Beerens cède sa place de CEO à Gordon Willoughby.

Bon fondateur, pas assez comme CEO

Dans sa jeune histoire, l’année 2015 fut également importante pour WeTransfer. L’entreprise réalise une levée de fonds de plus de 25 millions de dollars qui permettra notamment d’attaquer le marché américain et ses concurrents directs comme Dropbox. Un bureau s’ouvre à Los Angeles l’année qui suit. La ruée vers l’ouest débute. Bas Beerens en profite pour faire un pas de côté. Lors de l’une de ces très rares interviews, l’entrepreneur explique en toute franchise ne plus avoir l’impression de disposer d’épaules assez larges pour mener à bien la société. "Un bon fondateur ne fait pas spécialement un bon CEO. Je suis avant tout un créatif", explique-t-il à l’époque à la presse nationale. Il nomme alors un nouveau CEO, le Britannique Gordon Willoughby, passé par Amazon et le Financial Times.

1,5
milliard
WeTransfer revendique 1,5 milliard de fichiers transférés par an et une présence dans 195 pays.

Le fondateur a néanmoins toujours un œil attentif sur l’évolution de sa création. Il en est toujours membre du conseil d’administration.  WeTransfer revendique aujourd’hui 1,5 milliard de fichiers transférés par an et une présence dans 195 pays. En parallèle, le patron est revenu à ses amours créatifs via WeMarket, une nouvelle agence de communication. OY est également toujours active.  Depuis peu, l’entrepreneur met également à profit son expérience en tant qu’investisseur au sein du Dutch Founders Fund.

Télétravail avant l'heure

Bas Bareens est un précurseur du télétravail. En 2019, dans une interview accordée à Esquire, il expliquait apprécier travailler de chez lui et n’être qu’une fois toutes les deux semaines au bureau.

Entreprise généreuse

WeTransfer est du genre généreux. Outre ses soutiens réguliers aux artistes, la société multiplie les dons. En 2019, elle a contribué à régler les dettes médicales de personnes en difficulté pour plus de 30 millions de dollars.

Cofondateur inspiré

Nalden, le cofondateur de WeTransfer, est un entrepreneur en série. Le blogueur hollandais en est à sa troisième boite. Present Plus, son deuxième projet a été racheté… par WeTransfer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés