Publicité
innover

Des chercheurs belges boostent la culture des cocotiers

La découverte des deux chercheurs de la KU Leuven pourrait permettre d'augmenter la production de noix de coco dans le monde de manière importante. ©AFP

Des chercheurs de la KU Leuven ont mis au point une technique permettant aux cocotiers de se multiplier plus rapidement, tout en conservant le code génétique de la plante mère.

Les noix de coco font partie de l’alimentation de base de milliards de personnes, entre autres sous la forme d’huile de coco, de lait de coco et d’eau de coco qui sert de substitut aux boissons rafraîchissantes sucrées.

35 milliards
de dollars
En 2019, la production mondiale de noix de coco pesait quelque 35 milliards de dollars.

Les plantations de cocotiers ne parviennent pas cependant, ou difficilement, à satisfaire la demande croissante pour ces produits. Les maladies, le changement climatique, la montée du niveau des mers et le vieillissement des plantations pèsent sur la production, qui se concentre dans les régions côtières autour de l’équateur.

Des chercheurs de la KU Leuven et Bioversity International ont ainsi recherché un mode de multiplication plus rapide des cocotiers. Les cocotiers ne parviennent pas à satisfaire la demande croissante de la population. En 2019, la production mondiale de noix de coco représentait une valeur de quelque 35 milliards de dollars.

Bart Panis du Laboratory for Tropical Crop Improvement de la KU Leuven et Bioversity International/CIAT et le doctorant Hannes Wilms ont cherché l’inspiration du côté des bananiers. Bart Panis a étudié ainsi comment une hormone de croissance déterminée pouvait inciter les cocotiers à générer des pousses latérales. Dans des conditions normales, cela ne se produit pas. "Ils investissent toute leur énergie dans une seule pousse, qui doit croître le plus vite et le plus haut possible. Les plants sont donc très difficiles à cloner et à conserver", explique Bart Panis.

"Personne ne pensait que notre méthode réussirait, mais nous n’avons jamais baissé les bras."
Bart Panis
Chercheur à la KU Leuven

Embryon

Les scientifiques ont tout d’abord extrait l’embryon du cocotier de la noix de coco avant de fixer l’hormone de croissance sur le méristème – le point de croissance de la plante – compris dans l’embryon. Mission accomplie : l’embryon a développé plusieurs pousses latérales qui, à leur tour, ont pu se diviser et produire ainsi de nouvelles pousses latérales.

"Personne ne pensait que notre méthode réussirait, mais nous n’avons jamais baissé les bras", souligne Bart Panis. "D’autres méthodes favorisant la multiplication végétative des cocotiers avaient déjà fait l’objet de publications, mais nous sommes convaincus que c’est la première technique de ce type qui est également efficiente en temps et en argent."

"Notre technique permet de conserver éternellement les pousses de cocotier par cryopréservation."
Hannes Wilms
Doctorant à la KU Leuven

L’équipe met tout en œuvre pour préserver la diversité génétique du cocotier, parce que chaque variété présente des caractéristiques spécifiques. Certaines sont résistantes à une maladie déterminée ou produisent une huile de meilleure qualité. D’autres encore résistent mieux à la canicule, à la sécheresse ou aux tempêtes.

Banque génétique

"Actuellement, le cocotier est conservé dans des banques de gène au champ. Mais certaines de ces banques ont déjà été attaquées par la maladie du jaunissement mortel", précise Hannes Wilms. "Notre technique permet de conserver éternellement les pousses de cocotier par cryopréservation: dans de l’azote liquide à une température de -196 °C." La création d’une telle banque génétique peut aider à lutter contre certaines maladies avec des plants plus résistants.

Les chercheurs, dont les travaux seront publiés dans la revue scientifique Nature, ont introduit une demande de brevet de leur technique et s’apprêtent à collecter des fonds en vue de l’optimiser. Mais ils ne perdront pas de vue l’intérêt des petits producteurs. "La production de noix de coco est souvent aux mains de petits paysans. Nous intégrerons donc une clause dans le brevet: tout qui applique notre technique devra veiller à ce que les petits paysans puissent acheter le matériau végétal à un tarif avantageux", précisent les chercheurs.

Les plantations de cocotiers se situent principalement en Asie: l’Indonésie, les Philippines et l’Inde pèsent environ 60% de la production mondiale. Les trois pays consomment à eux trois 72% de l’ensemble de la production de noix de coco.

Le résumé

  • Deux chercheurs de la KU Leuven et Bioversity International ont trouvé un mode de multiplication plus rapide des cocotiers, grâce à des pousses latérales.
  • Leur découverte fera l'objet d'un article dans la revue Nature.
  • La découverte pourrait permettre une augmentation du nombre de noix de coco, un produit dont la production ne parvient pas actuellement à rencontrer une demande croissante.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés