innover

La ville tissée, laboratoire vivant de Toyota

La Woven City de Toyota a été fondée le 23 février dernier au Japon, au pied du mont Fuji.

Toyota rachète pour 455 millions d'euros la division conduite autonome de Lyft. Un soutien de poids pour sa ville laboratoire intelligente en construction.

Le projet a été lancé par Akio Toyoda lui-même au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas en 2020. Et pandémie ou pas, il a avancé à pas de géants. La Woven City de Toyota est un projet fou d'une des plus grandes compagnies automobiles au monde.

"Nous avons décidé de construire une ville prototype du futur où les gens vivent et travaillent."
Akio Toyoda
Président et CEO de Toyota

"Nous avons décidé de construire une ville prototype du futur où les gens vivent et travaillent. Un laboratoire vivant qui permettra de tester la technologie, comme la voiture autonome, la robotique, l’intelligence artificielle ou des maisons connectées intelligentes" avait annoncé le président et CEO de Toyota au CES 2020.

Depuis l'annonce, les choses avancent très vite. Ce mardi, Toyota a ainsi annoncé qu'il allait racheter la division de conduite autonome de Lyft pour un montant de 550 millions de dollars (455 millions d'euros).

550 millions
de dollars
Toyota a racheté la division conduite autonome de Lyft, de quoi élargir sa palette de technologies, à côté de la robotique, l'hydrogène, l'hybridation ou l'intelligence artificielle.

Cette acquisition permettra au constructeur automobile japonais, qui a créé une nouvelle division baptisée Woven Planet, de bénéficier des compétences des quelque 300 salariés du spécialiste américain des véhicules de transport avec chauffeur (VTC).

Graal de la conduite autonome

Ces derniers travaillent notamment sur les technologies d'automatisation de niveau 5, celles qui permettent au conducteur de ne plus se préoccuper de la route et de profiter de son temps en voiture pour d'autres occupations. Le Graal de la conduite autonome.

"De toute évidence, la construction de technologies et de produits nécessite des personnes, et c'est en grande partie le but de cette acquisition", a déclaré le directeur général de Woven Planet, James Kuffner.

Cette acquisition permettra aussi à Toyota de disposer d'une présence dans la Silicon Valley et à Londres et de soutenir son projet de ville intelligente Woven City.

Première pierre

Cette ville du futur sera bâtie à Susono, au Japon, dans un cadre idyllique avec le mont Fuji en arrière-plan. La première pierre a été posée le 23 février dernier, soit environ trois ans après l'annonce de la fermeture de l'usine sur laquelle Woven City est fondée. Au Japon, les plans de licenciements sont rares et les 1.100 travailleurs du site se sont vu proposer d'être relocalisés.

L’usine Higashi-Fuji a finalement fermé ses portes le 10 décembre dernier. Devant des employés visiblement attristés par cette fermeture, le patron de Toyota a expliqué que le site allait devenir "un endroit qui peut contribuer au futur des automobiles pour les 50 prochaines années". Une sorte de renaissance à faire pâlir les sites de production automobile à l'arrêt dans le monde entier.

Woven City veut dire "ville tissée", comprenez que dans l'esprit de ses concepteurs, tous les habitants, les bâtiments et véhicules seront interconnectés. La ville sera alimentée par des piles à combustible à hydrogène, une des technologies phares du groupe Toyota à côté de l'hybridation ou de la robotique.

La ville en elle-même ne comptera que 360 résidents dans un premier temps et pourrait passer à 2.000 dans le futur, employés compris.

Énergie verte

Les projets de ville connectée sont de plus en plus nombreux à travers le monde. Particulièrement en Amérique du Nord et en Chine, où elles sont soutenues par les géants de la tech.

Dans le domaine de l'énergie, Abou Dabi compte depuis 2006 une nouvelle ville "entièrement propre" du nom de Masdar City. Cette ville est devenue le fer de lance des Émirats arabes unis en matière d'énergie renouvelable. Masdar a depuis développé des projets d'énergie solaire dans 30 pays, pour une capacité énergétique de 10,7 gigawatts et des investissements combinés de 20 milliards de dollars.

Au Japon, les toits de la Woven City seront recouverts de panneaux photovoltaïques visant à produire de l’énergie solaire en plus de l’énergie générée par les piles à hydrogène.

Prototype géant

La Woven City ne se focalise pas uniquement sur l'énergie, mais sur tous les problèmes que pourraient rencontrer les villes dans un futur durable et technologique. Sur place, les voitures autonomes pourront se confronter à la vie réelle par exemple.

Akio Toyoda a été désigné personnalité automobile de l'année le 9 avril dernier et sa ville laboratoire y est pour beaucoup. "En 2020, sous sa direction, Toyota est restée rentable, malgré le Covid-19, protégeant ainsi les emplois dans le monde entier. Akio Toyoda a maintenu le rythme de développement de Toyota pour l’ère connectée, autonome, partagée et électrique, et il a lancé la construction de la Woven City, un prototype passionnant de ville du futur", peut-on lire dans les conclusions du jury.

Une ville connectée avec une très grosse dose d'intelligence artificielle pourrait néanmoins effrayer. Akio Toyoda promet que sa ville restera "à visage humain" et en "constante évolution".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés