Publicité
innover

Urban Sequoia, l’immeuble du futur qui recycle le CO2

©© SOM | Miysis

À la COP26, le bureau d’architecture et d’ingénierie SOM (Chicago) a dévoilé son concept Urban Sequoia, une solution pour transformer l'environnement bâti en un réseau d'absorption de carbone.

Il est généralement établi que le secteur du bâtiment génère près de 40% de toutes les émissions mondiales de carbone. Alors que les populations urbaines ne cesseront de croître au cours des prochaines décennies, des études ont prédit que 230 milliards de mètres carrés supplémentaires de nouveau parc immobilier seront nécessaires d'ici 2060.

Une équipe d’architectes de Skidmore, Owings & Merrill (SOM, Chicago) a donc profité de la récente Conférence des Nations Unies sur le changement climatique pour dévoiler un projet qui, selon eux, permettrait d’inverser radicalement la donne et de changer le béton en or vert. Leur postulat: "Des bâtiments qui agissent comme des arbres, captent le carbone, purifient l'air et régénèrent l'environnement". En s'inspirant des processus naturels et des écosystèmes, leur concept "Urban Sequoia" envisage des "forêts" de bâtiments qui séquestrent le carbone et produisent en leur sein des biomatériaux pour créer une nouvelle économie du carbone et un environnement urbain résilient.

Possible dès demain

Encore une utopie? Pour couper court à ses détracteurs, l’équipe interdisciplinaire mondiale, qui planche sur le concept sous le pilotage de Kent Jackson et Mina Hasman, a présenté à Glasgow, dans le pavillon des bâtiments de la Zone bleue, un prototype d'immeuble de grande hauteur qui peut être construit dès aujourd'hui, assurent les concepteurs.

Outre les matériaux de construction utilisés, le cœur de la tour conçue par SOM fonctionnerait de manière autonome comme un réacteur capteur de carbone et producteur de matière organique verte. ©SOM | Miysis

La proposition centrale d'Urban Sequoia repense radicalement la façon dont les bâtiments et les villes sont conçus et construits en créant une économie circulaire qui fait mieux qu’atteindre la neutralité carbone. Pour SOM, ce temps de la neutralité est déjà dépassé et il faut penser plus loin. "En optimisant la conception des bâtiments en intégrant des biomatériaux, une biomasse avancée et des technologies de capture du carbone, on peut atteindre des réductions de CO2 beaucoup plus importantes que celles obtenues en appliquant ces techniques séparément", assure Kent Jackson, pour qui ces stratégies peuvent être appliquées à des bâtiments de toutes tailles et de tous types.

1.000
tonnes de carbone
C'est selon le bureau d'architecture SOM, le poids que son prototype d'immeuble de grande hauteur pourrait séquestrer par an.

En milieu urbain, le prototype de conception de SOM est un immeuble de grande hauteur qui peut séquestrer jusqu'à 1.000 tonnes de carbone par an, soit l'équivalent d’un massif forestier de 48.500 arbres. Des matériaux comme la biobrique, le béton de chanvre, le bois et le biobéton réduisent de 50% l'impact carbone de la construction par rapport au béton traditionnel et à l'acier. Et une approche progressive dynamique, qui fait fi des habituels lobbies industriels dominants comme dans d’autres secteurs, pourrait même réduire les émissions de la construction de 95%.

©SOM | Miysis

Après 60 ans, le prototype absorberait jusqu'à 400% plus de carbone qu'il n'aurait pu en émettre pendant la construction. Et les résidus capturés pourraient être utilisés dans diverses applications industrielles et former la base d'une nouvelle économie de décarbonation. Avec la biomasse et les algues intégrées, les façades pourraient transformer le bâtiment en une source de biocarburant qui alimente les systèmes de chauffage, les voitures et les avions, et une source de bioprotéines utilisables dans de nombreuses industries.

"À une échelle encore plus large, les sous-produits d’une construction de ce type contribueraient à révolutionner la façon dont nous concevons et entretenons les infrastructures, qui pourraient séquestrer jusqu'à 120 tonnes de carbone par kilomètre carré bâti. Le carbone et la biomasse capturés pourraient être utilisés pour produire des biomatériaux pour les routes, les chaussées et les canalisations. Et en reproduisant ces stratégies dans les parcs et autres espaces verts, nous pourrions économiser jusqu'à 300 tonnes par kilomètre carré de carbone par an", prédit Mina Hasman, qui espère concrétiser rapidement un premier immeuble Urban Sequoia pour ensuite pouvoir "inspirer l’architecture de tout un quartier urbain".

Le quartier Urban Sequoia du futur, selon les ingénieurs et architectes du département Sustainability de SOM Europe. ©SOM | Miysis

Selon les initiateurs du concept, si toutes les villes du monde construisaient des immeubles de ce type, l'environnement bâti pourrait éliminer en son sein jusqu'à 1,6 milliard de tonnes de carbone de l'atmosphère chaque année en circuit court. Et produire ainsi l'effet inverse de ces énormes paquebots de croisière qui plombent les villes portuaires le temps d'une escale.

Les chiffrés-clés

40%

Le secteur du bâtiment génère près de 40% de toutes les émissions mondiales de carbone, soit l'équivalent d’un massif forestier de 48.500 arbres.

1.000

Selon le bureau d'architecture SOM, son prototype d'immeuble de grande hauteur pourrait séquestrer 1.000 tonnes de carbone par an.

400

Après 60 ans, le prototype absorberait jusqu'à 400% plus de carbone qu'il n'aurait pu en émettre pendant la construction.

230 milliards

Des études ont prédit que 230 milliards de mètres carrés supplémentaires de nouveau parc immobilier seront nécessaires d'ici 2060.

Le résumé

  • La construction est le plus grand producteur de CO2 sur les cinq continents.
  • Agir sur son processus de production et le recyclage des matériaux utilisés offre un potentiel énorme en termes de décarbonation structurelle.
  • Le bureau américain (Chicago) SOM a profité de la récente CO26 pour y présenter un prototype d'immeuble capable de capter le carbone comme un massif forestier.
  • Appelé Urban Sequoia, celui-ci pourrait, selon ses concepteurs, être construit dès demain.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés