Untitled

De Block: "Si ce n'est pas AstraZeneca, ce sera une autre firme"

La ministre de la Santé a réagit ce mercredi en expliquant que le vaccin d'AstraZeneca était un candidat vaccin parmi d'autres contre le coronavirus.

"La Commission européenne a demandé aux États membres de la suivre" dans une approche européenne centralisée pour la mise au point d'un vaccin, a expliqué Florent Baudewyns, porte-parole de Maggie De Block. "La Belgique s'inscrit dans cette initiative. On ne sait pas encore quel vaccin sera efficace, le quel arrivera en premier. La Commission négocie avec plusieurs firmes. Si ce n'est pas AstraZeneca, ce sera une autre."

Objectif: mars

Sciensano annonce espérer un vaccin en Belgique pour le mois de mars. Le Conseil supérieur de la santé a aussi prévu en mars et avril que les groupes cibles recevront les premières doses de vaccin.
Dans l'attente, il est important de respecter les gestes barrières. "La vaccination permettra d'obtenir le plus rapidement possible, le plus efficacement possible et de manière sûre une immunité au niveau personnel et au point de vue collectif", a déclaré Yves Van Laethem, infectiologue et porte-parole.
Les études actuelles se font sur des dizaines de milliers de personnes. "On estime que pour chacun des vaccins arrivés à un stade avancé de la maladie, ces études vont couvrir entre 30.000 et 90.000 personnes pour obtenir une preuve de l'efficacité du vaccin."

Yves Van Laethem voit dans la suspension temporaire des essais d'AstraZeneca le fruit d'une "procédure banale",preuve d'un "suivi correctement effectué, même pour les vaccins qui sont préparés plus rapidement que les vaccins classiques". "D'ici là, il est probable que d'autres pays aient un vaccin avant, tant en Europe qu'aux États-Unis".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés