Untitled

La dernière-née des mains du designer belge de Touring Superleggera, l'Aero 3. ©Ginion

Ginion de plus en plus affûté dans le luxe

Dans le luxe du luxe, Ginion tente d’imprimer sa marque. À côté de Rolls-Royce, Ferrari ou McLaren, le groupe dirigé par Stéphane Sertang commercialise aussi, depuis peu, deux autres marques au prestigieux passé: Pininfarina et Touring Superleggera, deux marques de carrosserie historiques du design italien qui ont habillé de nombreux modèles mythiques des Alfa Romeo, Ferrari et consorts. Pininfarina se lance aujourd’hui dans les véhicules électriques.

Touring Superleggera connaît, de son côté, une belle renaissance depuis qu’elle a été rachetée en 2006 par un certain… Roland D’Ieteren. Le designer de Touring Superleggera est aussi un Belge, Louis de Fabribeckers. Il était à la Chapelle musicale Reine Élisabeth la semaine passée pour présenter la dernière-née de ses ateliers, la Touring Aero 3.

La dernière-née des mains du designer belge de Touring Superleggera, l'Aero 3. ©Ginion

La marque, qui réalise ses carrosseries entièrement à la main, connaît de la croissance depuis quelques années. Elle peut désormais produire une dizaine de voitures par an, contre 6 il y a quelques années, ceci en plus de ses activités de restauration de véhicules. Elle compte une cinquantaine d’employés à Milan, contre 35 il y a 7 ans.

Roland D’Ieteren expliquait en début d’année à nos confrères de La Libre que la société avait un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et qu’il souhaitait le porter à 15-20 millions "pour donner plus de solidité et de pérennité à la société".

En Belgique, ce n’est donc pas la société D’Ieteren qui commercialise les véhicules, mais le groupe Ginion. "Nous avons des partenariats similaires en Suisse et à Singapour et on en cherche au Moyen Orient et aux États-Unis", nous détaille Alasdair Stewart, patron des ventes de Touring Superleggera.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés