Untitled

"Nous avons dû assainir le catalogue"

C’est en grandes pompes qu’Opel Belgique présentait, la semaine passée, à la presse sa nouvelle Mokka, une voiture atypique qui doit imprimer le renouveau de la marque allemande. Car Opel souffre dans les chiffres de ventes. Dans un marché belge de la voiture neuve en baisse de 24%, les immatriculations d’Opel sont en baisse de 43% sur 9 mois. Soit la pire performances des 25 premières marques en Belgique. Mais cette tendance n’est pas typique à la Belgique et se retrouve pour Opel sur l’ensemble du continent. C’est moins grave "si on regarde aussi les utilitaires", précise d’emblée Michel Vercruyssen patron d’Opel en Belgique.

"Notre priorité est d’atteindre les objectifs CO2. C’est une obligation pour ne pas payer des amendes. Nous avons dû éliminer pas mal de problèmes dans la gamme et nous sommes maintenant en avance sur le CO2", ajoute le patron.

La petite Opel Adam ou l’Opel Cascada, par exemple, sont sorties des catalogues. Opel compte maintenant sur son best-seller Corsa, sa nouvelle Insigna avec des motorisations plus efficientes ou encore sur ses SUV, comme la nouvelle Mokka. Comme dans tout le groupe PSA, la plupart de ces véhicules offrent différentes motorisations électriques, hybrides et thermiques. La nouvelle Mokka sera essence, diesel ou électrique.

"Nous sommes prêts à livrer les véhicules électriques si la demande des clients suit", indique Wim Verloy, manager communication chez Opel. La Mokka électrique débutera à 36.200 euros, contre 22.600 euros pour la version essence.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés