Untitled

Eviter la temporalité politique

Le rapport du conseil stratégique dessine un horizon à 2030. Il donne aussi au gouvernement un tempo pour implémenter les mesures. Ainsi, parmi les 51 actions proposées, certaines «peuvent être lancées, et pour plusieurs réalisées, dans les deux ans, d’ici à mi-2023», assure-t-il tout en dressant la liste. D’autres mesures par contre ne produiront leurs premiers effets qu’au-delà de trois ans comme la réforme de la formation en alternance.

Ce cap donné par les experts va donc au-delà de la législature. Cela fait de ce plan un enjeu qui doit dépasser les clivages politiques et ne doit pas être modifié au gré de la majorité gouvernementale qui pourrait se redessiner après les élections de 2024.

Afin d’éviter cet écueil temporel et politique, le conseil stratégique a défini certaines modalités de gouvernance. «Chaque action devrait disposer d’une autonomie de gestion (sous forme d’une cellule propre établie pour 3 à 5 ans) et établir son plan de travail sur lequel elle rendra régulièrement des comptes au gouvernement: la cellule transversale du Service public de Wallonie pourrait assurer la cohérence d’ensemble des cellules projets et définir des outils de rapportage (projet, niveau d’avancement et analyse de risques).»

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés