Untitled

En Belgique, un essor discret mais régulier

La culture du chanvre dans nos contrées reste embryonnaire. En 2020, on ne répertoriait en Wallonie que 24,28 hectares de chanvre non textile et 49,67 de chanvre textile. En cause: une rentabilité incertaine. Mais cela pourrait changer. Car les débouchés ne manquent pas.

"Le principal débouché pour le chanvre, c’est l’utilisation des graines dans l’alimentation et les cosmétiques", dit Céline Géradon (Valbiom). Exemples: la société luxembourgeoise PurChanvre, spécialisée dans les aliments bio à base de chanvre, la boutique en ligne Cannavie, Bioflor (aromathérapie) ou Kari’T Care (cosmétiques).

Le chanvre textile peut s’appuyer sur des sociétés flamandes et sur l’intérêt d’acteurs du Nord-Pas-de-Calais. Valbiom a du reste lancé l’an dernier des tests pour évaluer le rendement du chanvre en fibres longues, nécessaires pour les produits textiles, et étudier la faisabilité d’une filière wallonne. La construction, enfin, est attirée par les vertus isolantes des blocs isolants à base de chanvre. Les acteurs ne manquent pas, tant au nord (Ecopuur, Exie) qu’au sud du pays (IsoHemp, ChanvrEco). LVD

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés