Publicité

Untitled

"Quand toutes les planètes sont alignées, the sky is the limit"

Vous avez investi dans la plateforme d'apprentissage Byju's en 2016, à une valorisation de moins de 470 millions de dollars. Aujourd'hui, on a dépassé les 16 milliards. Cela ne vous donne pas le vertige?

Byju's est une bonne illustration du fait que quand toutes les planètes sont alignées, "the sky is the limit". Leur business model est solide, même s'il est assez simple. Car Byju's, c'est quoi concrètement? C'est une application sur laquelle les étudiants peuvent, le soir quand ils rentrent chez eux, recevoir des leçons par vidéo. C'est tout. Mais ces leçons sont impeccablement exécutées. Après tout, à la base de la plateforme, on retrouve un prof de math, pédagogue à ce point hors pair que ses cours en tête à tête sont rapidement devenus en tête à têtes… jusqu'à ce qu'il remplisse des salles de sports et même des stades entiers! Alors, à un moment, s'est posée la question: comment faire mieux? Réponse: grâce à la vidéo en ligne. De là, le fondateur a réussi à s'entourer de gens qui ont développé la machine commerciale à travers le pays. Ce qui n'a rien d'évident, car l'Inde est un marché gigantesque – la classe moyenne y représente des centaines de millions de personnes.

La valorisation est le reflet de cette masse d'argent qui se cherche un rendement?

Quand vous avez un actif de cette qualité-là, l'offre et la demande s'en voient d'autant plus exacerbées, oui. Si vous voulez aujourd'hui investir dans le secteur de l'edtech indien auprès d'un acteur qui a fait ses preuves, il n'y a pas 36 possibilités. Il y a un effet de rareté.

Ça ne vous chatouille pas de vendre? Après tout, vous avez déjà diminué votre participation, empochant un quart de milliard de dollars dans la foulée…

On ne l'a pas fait parce qu'on ne croit plus au modèle, mais bien parce que c'est un si grand succès. On ne regrettera jamais d'avoir récupéré une partie de notre argent pour le réinvestir ailleurs. Pour autant, nous avons pleinement confiance dans la poursuite de la croissance de Byju's. D'ailleurs, la part de marché reste modeste. Il y a encore beaucoup de gens qui n'utilisent pas l'application.

Ça vous touche ce qui passe actuellement en Inde?

Nous avons des collaborateurs qui ont de la famille là-bas. Et, alors que la première vague c'était "on connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un", ici, c'est directement autour d'eux et, de temps en temps, dans les sociétés que nous suivons où des gens y restent. C'est très lourd et montre les dangers d'un virus non contrôlé qui peut partir en phénomène exponentiel.

Est-ce que cette crise pourrait influencer les marchés et vos participations?

Essayons d'abord de surmonter la crise. On verra pour les conclusions après.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés