Publicité

Untitled

Que va faire Sophie Wilmès?

L’ONB, qui nous confirme "bien entendu respecter le dispositif de l’arrêt", insiste dans l’immédiat sur la poursuite du travail en cours avec Sophie Wilmès sur un arrêté royal censé régler pour de bon les droits à l’ONB. La vice-Première, ministre de tutelle, a en effet dévoilé un projet d’arrêté en ce sens. Ce qui permet à son cabinet, contacté après l’arrêt, de tenir le même "no comment" au nom "du travail en cours sur un dossier prioritaire". Certes. Mais l’arrêt de la cour ne peut plus être ignoré.

Or, dans les faits, le projet d’arrêté n’a fait, selon nos sources, l’objet d’aucune réelle concertation – ce qui pourrait affecter sa validité juridique. De plus, son contenu traduit surtout les propositions de l’ONB et n’est pas exempt d’imprécisions. Enfin, il prévoit un traitement discriminatoire entre musiciens titulaires et non titulaires – sans parler de la différence de traitement en défaveur des musiciens de l’ONB par rapport à ceux de la Monnaie, institution fédérale de même statut. En clair, du grain à moudre pour le Conseil d’État, dont l’avis est très attendu.

Reste le constat, impartial: à l’heure où le streaming est une voie royale pour la visibilité d’un orchestre, se priver de cette possibilité à cause d’une bagarre judiciaire qui a rappelé à deux reprises les règles légales est une voie sans issue. À quand un médiateur?  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés