Filigranes va livrer des bouquins à domicile

Parmis les mesures qu'a dû prendre Filigranes, la fermeture de son espace Horeca, pour éviter les risques de contamination ©Kristof Vadino

Souvent prêt à pousser une gueulante quand son commerce est mis à mal par l’un ou l’autre événement extérieur (attentats...), Marc Filipson, patron de la librairie bruxelloise Filigranes, la plus grande du pays, se veut fataliste suite aux mesures de fermeture le week-end imposées par le gouvernement. "On ne peut rien y faire", lâche-t-il, dépité.

Plutôt que de geindre, il s’organise. Pour les clients qui ne pourraient pas se rendre dans sa librairie en semaine, il va organiser des livraisons à domicile dans les 19 communes de la capitale après commande en ligne et paiement via PayPal ou virement. Autre mesure: la fermeture de son espace horeca au milieu du magasin, afin d’éviter que les clients ne s’y s’attardent trop. Seul le take away restera possible. Tous les événements (présentations, signatures) sont également annulés. L’impact sur le personnel sera limité aux seuls étudiants, privés de leur job le week-end.

En attendant de pouvoir rouvrir le week-end, Marc Filipson fait ses comptes: "Cela va me coûter 33% de chiffre d’affaires par semaine; je vais demander à mes fournisseurs qui maintiennent leurs sorties d’accepter d’être payés plus tard; je vais aussi demander une diminution de loyer: tout le monde doit jouer le jeu."

33%
de perte de chiffre d'affaires
Selon Marc Filipson, la fermeture le week-end lui coûtera un tiers de son chiffre d'affaires chaque semaine.

Si les mesures de fermeture devaient se durcir, Marc Filipson, jamais à court d’idées, envisage même de se muer en marchand ambulant: "J’affréterai trois camionnettes pleines de livres et je ferai la tournée de Bruxelles avec une musique pour annoncer mon arrivée, comme un marchand de glaces!" Chiche?

"Si les mesures de fermeture se durcissent, j’affréterai trois camionnettes pleines de livres et je ferai la tournée de Bruxelles avec une musique pour annoncer mon arrivée, comme un marchand de glaces!"

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés