La Banque d'Angleterre renforce son plan anti-crise

Andrew Bailey, gouverneur de la BoE ©REUTERS

Mais elle a laissé inchangé le niveau de son taux directeur à 0,1%.

La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé ce jeudi une augmentation de 100 milliards de livres sterling du montant de son programme d'achat de titres sur les marchés. Elle amplifie de la sorte son soutien à l'économie du Royaume-Uni qui a plongé de 25% en mars et en avril en raison de la crise du coronavirus. Le montant de ce programme d’assouplissement quantitatif (QE) passe du coup de 645 milliards de GBP à 745 milliards.

La BoE a gonflé de 100 milliards de GBP son programme d’assouplissement quantitatif (QE) à 745 milliards.

Cette augmentation du montant de ce programme d’assouplissement s’ajoute aux 200 milliards qui avaient déjà été décidés en mars. Mais la majeure partie de cette enveloppe a déjà été investie, notamment sur le marché des emprunts émis par l’Etat britannique. Huit membres sur les neuf que compte le Comité de politique monétaire de la BoE ont apporté ce jour leur vote à cette décision. Le chef économiste Andy Haldane a été le seul à défendre un statu quo. 

Taux directeur toujours positif

En ce qui concerne le taux directeur, il reste fixé à son plus bas historique adopté en mars dernier, lorsqu’il avait été abaissé de 0,75% à 0,1%. Cette décision a été votée à l’unanimité.

Outre-Manche, le débat fait rage depuis quelque temps sur l’opportunité pour la BoE de porter son taux directeur sous 0%. " La BoE se contente pour l’heure d’étudier attentivement les enseignements à tirer de l’adoption des taux d’intérêt négatifs par d’autres banques centrales ", avait expliqué en mai Andrew Bailey, son gouverneur. Bien que peu favorable à une telle décision, ce dernier avait néanmoins déclaré à l’époque devant le Parlement britannique " ne rien exclure par principe ", même " s’il juge stupide d’agir ainsi ".

Lors de la réunion de ce jeudi, il n’a pas été fait mention des taux d’intérêt négatifs. En revanche, la BoE a précisé qu’en cas de nécessité, elle était prête à prendre davantage de mesures pour soutenir l’économie du pays.

 Réaction des marchés

En baisse dans la matinée, la livre sterling a quelque peu réduit ses pertes face à l’euro et au dollar à l’annonce des décisions de la BoE. Vers 14h, elle reculait de 0,7% à 1,108 euro et de 1% face au dollar à 1,2428. Depuis le début de cette année, la livre accuse une baisse de 5,7% contre l’euro et de 5,4% contre le billet vert.

Sur le marché des emprunts émis par l’Etat britannique, les cours ont baissé, faisant remonter le rendement du " gilt " à 10 ans à 0,217%, contre 0,188% mercredi, tandis qu'à la Bourse de Londres, le FT 100 a fini en repli de 0,4%

 La BNS aussi à l’oeuvre

La Banque d’Angleterre n’a pas été la seule à avoir passé en revue sa politique monétaire hier. La Banque nationale suisse (BNS) s’est aussi livrée à cet exercice. Un exercice qui s’est conclu sur le maintien de son taux directeur à -0,75%, tout comme le taux d’intérêt appliqué aux avoirs des banques auprès d’elle.

Par contre, elle a réaffirmé qu’elle était prête à intervenir " de manière accrue " sur le marché des changes pour faire baisser le franc suisse.  Thomas Jordan, le président de la BNS, a précisé que la banque avait procédé depuis mars à un volume " important " d’interventions sur le marché des changes face à de " fortes pressions à la hausse " sur le franc. La devise helvétique qui affichait mercredi un gain de 1,6% depuis le début de l’année, s’est effritée de 0,1% à 0,9366 euro.

Enfin, la Banque centrale de Norvège a pour sa part réduit d’un demi-point son taux directeur pour le ramener à 0%. Et elle prévient que d’autres baisses de ce taux sont possibles.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés