Paroles d'artistes | Saule "Je suis comme un lion en cage"

Baptiste Lalieu, alias Saule. ©paul rousteau

Parmi nos artistes des arts de la scène à témoigner de leur situation en confinement, le chanteur Saule, toujours actif, autant que faire se peut.

"Je suis comme un lion en cage, car, pour moi, la scène c’est vital." Ainsi s’exprime le chanteur belge Baptiste Lalieu, plus connu sous le nom de Saule et habitué des festivals de Dour, de Couleur Café ou des Francofolies de Spa depuis qu’il a enregistré son tube "Dusty Men" avec Charlie Winston, en 2012. "Cela fait des mois que je fais de la musique à fond, que je termine mon album, que j’enregistre des morceaux. Au début du confinement, j’ai balancé ‘Dans nos maisons’ sur internet, qui passe maintenant partout sur les radios, y compris en France. J’essaie comme je peux de nourrir mon âme d’artiste. Les concerts me manquent, mais il ne faut pas oublier qu’on parle de vies humaines. Je pense aux infirmiers, aux médecins, aux malades. Il y a des priorités."

Dans nos maisons (Saule)

Chanceux dans sa malchance

Saule s’estime malgré tout "chanceux dans sa malchance". Avant la crise, il avait décidé, pour des raisons artistiques, de reporter à novembre la sortie de son nouvel album.Mais il restait six concerts sold-out dans la tournée de promo qui avait déjà débutée. Et tous ont été reportés. "On mise sur septembre, mais c’est un coup de poker", dit-il en parlant de l’annulation de son concert aux Francos de Spa, cet été. 

Extrait de son clip du confinement, composé et produit de chez lui."Dans nos maisons".

"Sur le plan financier, je suis indépendant et je peux bénéficier d’un droit passerelle. J’ai évidemment moins de rentrées que d’habitude, mais cela me permet de tenir le coup. Tout le monde n’a pas cette chance et je pense particulièrement aux ingénieurs du son, aux backliners qui montent les scènes. Avec l’annulation des festivals, qui sont le climax de l’année, ils sont dans une situation critique. C’est toute une économie qui s’effondre."

Car, selon l’artiste, c’est souvent en tablant sur les rentrées substantielles des festivals que se construisent les projets d’une année. Leur annulation a dès lors des répercussions en cascade sur toute la chaîne des fournisseurs qui ne peuvent plus être honorés.

SAULE - Dusty Men (feat. Charlie Winston) [CLIP OFFICIEL]

Privés de festivals, privés de visibilité

C’est aussi une grande perte de visibilité pour les artistes: "Dans les festivals, les gens se baladent sans trop savoir ce qu’ils vont voir. C’est une super façon d’aller chercher un public qui n’est pas forcément le vôtre au départ. C’est la valeur artistique d’un festival."

«Avec l’annulation des festivals, qui sont le climax de l’année, ingés son et backliners sont dans une situation critique. C’est toute une économie qui s’effondre.»
Saule
auteur-compositeur-interprète

L’artiste a tout de même du mal à imaginer la reprise de concerts avec distance de sécurité. "Nous, on envoie de sacrés postillons!", dit-il en riant. "Mais chanter devant des parois de verre et avec des gens à un mètre et demi entre eux, c’est tuer l’âme des concerts. On a besoin de sentir l’euphorie du public, ce dialogue en forme de ping-pong qui pousse l’artiste plus loin que s’il avait simplement joué devant une caméra, sans personne devant lui."

Aussi est-il dubitatif face à l’explosion des concerts en streaming "On me l’a souvent proposé, mais je ne suis pas un adepte. Cela fait évidemment du bien de voir Souchon ou Pharrell Williams chanter de chez eux, mais c’est une rustine. Il faudra encore se creuser la tête pour savoir comment faire revenir les gens vers le spectacle vivant." 


Publicité
Publicité

Messages sponsorisés