Aller vers L'Echo ×

Actions françaises: recommandations (12 décembre)

Bourse: le fiasco des prévisions 2013

  • 12 décembre 2013 15:13

En voyant à quel point les grands noms de la finance mondiale se sont trompés dans leurs prévisions pour le S&P 500, on ne peut prédire avec une quasi certitude qu'une chose: les prévisions de marché sont presque sûres d'être erronées.

Publicité

Publicité

Publicité

Avec la fin de l’année qui approche de nombreuses banques, brokers, économistes et autres stratèges formulent leurs traditionnelles prévisions boursières pour le nouveau millésime qui s’annonce. Mais faut-il encore accorder le moindre crédit à cet exercice de " madame soleil " des Bourses dans un contexte aussi volatil où l’ombre d’un cygne noir peut brutalement renverser la donne ?

" La seule prévision que l’on peut considérer comme pratiquement certaine, c’est que les prévisions de marché sont quasiment sûres d’être erronées " note le blog Above the Market qui a jeté un coup d’œil sur celles annoncées pour l’année 2013.

Le constat est accablant. Parmi les 14 institutions financières de renommée mondiale comme UBS, Morgan Stanley, Goldman Sachs ou encore HSBC pas une n’a été capable d’anticiper correctement le niveau actuel de l’indice S&P 500. Pas même de l’approcher, d’ailleurs. La prévision moyenne donne un S&P 500 de 1.534 points (pour 1.803 le 10 décembre 2013) soit une erreur de 17,5%. Celle qui s’en approche le plus est Citi avec une prévision à 1.615 (11,6%). Avec un niveau estimé à 1.390 points, Wells Fargo est complètement à côté de la plaque (29,7% d’erreur).

Se tromper dans les grandes largeurs n’est pas rare dans ce domaine où la boule de cristal tend à se substituer au cerveau. Même de grandes pointures peuvent se vautrer comme le célèbre économiste du siècle dernier, Irving Fisher. Trois jours avant le krach de 1929, il affirmait que " les actions ont atteint ce qui semble être un plateau élevé permanent. "

Le blog Zero Hedge a recensé une dizaine de prédictions du même acabit. Cliquez sur le lien du tweet ci-dessous pour les découvrir.

Above the Market relate également une anecdote rapportée par Nassim Taleb. " Un trader qui a suivi les prévisions de marché formulées par l’économiste en chef de sa firme a perdu un gros paquet d’argent et s’est fait virer. Il demande à son patron pourquoi c’est lui qui est mis à la porte et pas l’économiste qui s’est trompé dans ses prévisions. Réponse du patron : " Espèce d’imbécile, vous n’avez pas été viré pour avoir perdu de l’argent mais pour avoir écouté l’économiste ".

Pour poursuivre sur un ton humoristique, je vous conseille de jeter un œil sur les " 10 grosses surprises attendues sur les marchés en 2014 ".

En voici deux, les autres sont accessibles en cliquant sur le tweet ci-dessous :

Après avoir bu quelques verres de trop à son drink de départ à la retraite Ben Bernanke (le futur ex-président de la Fed) avoue que le "quantitative easing", (assouplissement monétaire) n’a pas été mis en place pour aider l’économie réelle. C’était un pari à un dollar avec un de ses conseillers secrets, le rappeur Kanye West, pour montrer à quel point il pourrait tromper les gens en leur faisant croire que le "quantitative easing" pouvait créer des emplois. La révélation du pari entraînera l’arrêt immédiat du QE.

Le niveau du Bitcoin dépasse celui du Dow Jones. Les jumeaux Winklevoss (qui ont accusé Mark Zuckerberg d’avoir détourné leur idée de réseau social), principaux investisseurs de la monnaie digitale dépassent Zuckerberg dans le classement des milliardaires. Ils lancent avec succès une OPA hostile sur Facebook et jouent leur propre rôle dans un remake du film The Social Network.

Source: L'Echo

Publicité

Publicité
× Fermer