Aller vers L'Echo ×
×

Briefing actions (2 déc) - AB InBev, UCB, Ontex, Agfa, D'Ieteren, Ablynx, Atenor, Argenx, Recticel

L'échec du rachat d'Agfa n'étonne pas

  • 02 décembre 2016 12:48

 © BELGA

Les analystes financiers étaient assez dubitatifs sur les chances du rachat d'Agfa par CompuGroup. L'abandon des discussions annoncé jeudi soir leur a donné raison.

Publicité

Publicité

Publicité

Et donc Agfa AGFB 0,13% Agfa-Gevaert € 4,58 0,13% Volume 206.379 17:35:04 Ouverture 4,57 Haut 4,62 Bas 4,55 quotation chart Ajoutez à Portefeuille Sélection Le pétrole finit la semaine sur un nouveau recul Les hauts et les bas de Wall Street L'euro repasse au-dessus de 1,25 dollar va poursuivre son chemin seul. Les discussions non-exclusives menées depuis le 8 novembre avec l’Allemand CompuGroup ont en effet capoté sans que les raisons de cet échec aient été dévoilées par les parties. En Bourse, la réaction a été immédiate et brutale: l’action Agfa a chuté de 21,14%.

 © L'Echo © L'Echo

Emmanuel Carlier, analyste chez ING, avait fixé un objectif de cours de 3,8 euros -réduit aujourd'hui à 3,4 euros - et une recommandation à "conserver" sur la valeur. Un objectif de cours qui intégrait une probabilité de 25% qu’une offre se concrétise. Au cours d’hier de 4,2 euros, l’action tenait donc compte d’une prime de rachat estime l’analyste qui avance trois explications possibles à l’abandon des discussions:

  1. CompuGroup n’a pas d’expérience dans la gestion d’un grand groupe industriel avec toutes ses complexités.
  2. Les charges de pensions (1,1 milliard d’euros) rend la valorisation d’Agfa complexe.
  3. CompuGroup aurait sans doute souhaité revendre les activités non-IT d’Agfa , une séparation rendue difficile en raison de l’usine de film et des charges de pension.

La circonspection était également de mise du côté de KBC Securities sur l’issue de ces discussions. L’analyste Guy Sips avait relevé son objectif de cours à 4,6 euros en tenant compte d’une probabilité de 20% qu’une offre soit effectivement lancée. Il explique qu’un rachat complet d’Agfa n’avait pas de sens d’un point de vue stratégique pour CompuGroup tandis qu’Agfa n’aurait pas voulu vendre son actif qui dégage la marge la plus élevée. Il met aussi en avant la charge des pensions qui aurait rendu tout rapprochement très complexe. Au final, il a abaissé sa recommandation à "accumuler" contre "acheter " avant. L’objectif de cours a été ramené à 4,2 euros.

Nous nous sommes toujours demandé comment une entreprise de logiciel pourrait gérer un groupe industriel complexe avec plusieurs facteurs imprévisibles.
Stefaan Genoe Analyste financier chez Degroof Petercam

Chez Degroof Petercam, on a également réduit ses ambitions sur la valeur. La "reco" passe à "conserver" contre "accumuler" avant tandis que l’objectif de cours a perdu 20 centimes à 4,2 euros. Stefaan Genoe signale d’ailleurs que ce dernier n’avait pas été modifié depuis l’annonce des discussions entre les deux parties, en raison de l’incertitude. " Nous nous sommes toujours demandé comment une entreprise de logiciel pourrait gérer un groupe industriel complexe avec plusieurs facteurs imprévisibles comme un large déficit des pensions, le dollar, l’exposition à l’argent et à l’aluminium… " explique-t-il.

Source: L'Echo

Publicité

Publicité
× Fermer