Aller vers L'Echo ×

Actions françaises: recommandations (31 janvier)

"Les actions pourraient chuter de 25 à 30%"

  • 31 janvier 2014 14:58
 © Photo News

 © Photo News

C'est l'avis du "shorteur"Bill Fleckenstein qui estime que la hausse des marchés est due essentiellement à la politique de la Fed. "Lorsque les actions commenceront à baisser, leur repli risque d'être très douloureux."

Publicité

Publicité

Publicité

"Le rapport cours bénéfice (PER) se situe autour de 16 ou 17. Pourquoi payer 16 fois le bénéfice d’une entreprise du S&P 500 ? Peu m’importe le niveau des taux, parce que les taux ont été supprimés artificiellement. Pourquoi cela ne vaut-il pas un PER de 11 ou 12 plutôt ? A partir de cette simple analyse vous pourriez évaluer la chute entre 25 à 30%. Il y a donc un énorme potentiel de baisse sur les marchés."

Pas très réjouissant le point de vue de Bill Fleckenstein exprimé sur la chaîne de télévision CNBC. Mais on peut comprendre qu’il soit un peu frustré, le bonhomme. Car Fleckenstein s’est fait connaître en 2008 en amassant beaucoup d’argent en 2008 grâce à des positions " short " c’est-à-dire en profitant de la chute des Bourses.

Or, ces derniers années, il n’y a pas eu pire millésime que 2013 pour les " shorteurs ". Ils ont dû ravaler leur désespoir en voyant le S&P 500 voler de record en record et s’adjuger plus de 30%.

Une santé boursière éclatante que Fleckenstein attribue à la Fed, la banque centrale américaine. " La raison pour laquelle les marchés ont bien performé l’an dernier, c’est parce que la Fed a imprimé 1.000 milliards de dollars.  Tant que la banque centrale poursuivra sa politique d’assouplissement monétaire et que les investisseurs garderont foi en la Fed, il sera impossible de développer une argumentation logique pour prendre des positions à la baisse et les conserver, a-t-il encore expliqué. "Mais une fois que les actions se mettront à baisser, leur chute pourrait s'avérer très douloureuse."

L'indice S&P 500 ces douze derniers mois.
L'indice S&P 500 ces douze derniers mois.

Fleckenstein estime que la Fed va finir par être piégée avec cette politique. En résumé, son raisonnement est le suivant : les investisseurs estiment que si la Fed réduit progressivement ses injections de liquidités dans l’économie cela va aller mieux. Et cela ira peut-être mieux pendant un moment. Mais les marchés finiront par baisser si le " tapering " se poursuit. La Fed devra alors faire marche arrière et elle finira par constater que sa politique ne fonctionne pas et qu’elle ne peut pas l'arrêter.

Source: L'Echo

Publicité

Publicité
× Fermer