Aedifica réalise la transaction la plus importante de son histoire

""Cette opération est une étape importante pour Aedifica", explique le CEO Stefaan Gielens. ©Thierry du Bois

Avec un investissement de 200 millions d’euros dans 17 maisons de repos encore à construire, le spécialiste de l’immobilier de soins double son portefeuille en Allemagne.

Il y a 11 ans, Aedifica – à l’époque inconnue et qui avait démarré ses activités sous le nom d’Enigma Immo – annonçait avoir acheté ses six premières maisons de repos dans le Brabant wallon. Quelques mois plus tôt, elle avait fait son entrée en Bourse en tant que sicafi (aujourd’hui SIR), et levé avec difficultés 50 millions d’euros.

Aujourd’hui, elle réalise la transaction la plus importante de son histoire, à savoir un engagement de 200 millions d’euros pour la construction de 17 établissements de soins, dans les segments moyen et supérieur d’un marché destiné à devenir le plus grand d’Europe. La plupart de ces maisons de repos seront intégrées dans un concept de "campus", avec offre de services et de logements. Au total, elles pourront accueillir 1.500 résidents.

La SIR a en fait signé un accord de partenariat avec le groupe allemand Specht, dont elle reprendra les terrains à condition d’avoir obtenu les permis de bâtir. Les premiers bâtiments devraient être livrés dès la fin 2018-début 2019. Et les sites seront loués à Residenz Management, une entreprise du groupe Specht, et seront exploités par des gérants expérimentés. Le rendement initial devrait se monter à 5,5%. "Cette opération est une étape importante pour Aedifica. Le fait que nous nous connaissions déjà a joué un rôle important dans la réalisation de ce super-deal", souligne Stefaan Gielens, CEO d’Aedifica. Aedifica, qui est devenue rapidement un des plus grands propriétaires d’immobilier de soins en Belgique, a réalisé, en 2014-2015, que pour maintenir son rythme de croissance (soit 28% par an) elle devait se tourner vers l’étranger. À l’instar de Cofinimmo, l’autre acteur spécialisé en maisons de repos, elle s’est lancée en Allemagne et aux Pays-Bas.

Les investisseurs font la file

L’Allemagne est un marché intéressant pour Aedifica: il est important, caractérisé par un vieillissement rapide de la population, un pouvoir d’achat élevé, et de nombreuses opportunités pour les initiatives privées. Et les investisseurs font la file pour confier leur argent à la SIR, qui a réussi à attirer de plus en plus de capitaux. La dernière augmentation de capital, en mars 2017, a atteint 219 millions. Cinq mois plus tard, des projets sont en cours pour 351 millions d’euros, surtout en Allemagne et aux Pays-Bas. Cela ne signifie pas nécessairement qu’Aedifica devra lancer une nouvelle augmentation de capital. Combinés à l’endettement, ces 219 millions d’euros lui ont permis de disposer d’un trésor de guerre de 500 millions.

L’Allemagne représentait jusqu’ici 14% du portefeuille. Avec l’investissement prévu de 200 millions d’euros, sa part devrait passer à près de 25%. Après livraison des nouveaux projets, Aedifica détiendra 40 sites en Allemagne, pour un total de 3.900 résidents et une valeur d’acquisition de 420 millions.

©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés