Le marché attend désormais le plan B d'Ontex

©AFP

Après l'offre revue à la baisse de PAI Partners et rejetée par son conseil d'administration, Ontex procède à un examen étendu des options qui pourraient permettre d'accélérer la génération de valeur pour ses actionnaires.

Après pas loin de deux mois d’attente, le rideau est donc tombé sur le scénario d’une offre publique d’acquisition (OPA) de PAI Partners sur Ontex  . Conséquence immédiate de ce clap de fin, le titre a lâché près de 20% ce lundi pour retrouver son niveau antérieur à la marque d’intérêt annoncée publiquement par le groupe français le 9 juillet.

L’examen approfondi des comptes du spécialiste des langes et autres produits d’hygiène personnelle jetables a conduit PAI Partners à formuler une offre inférieure à celle initialement proposée de 27,5 euros. On ne sait pas ce que la société de "private equity" a découvert lors de cette procédure de "due diligence", ni le prix qu’elle a finalement proposé. Toujours est-il que le conseil d’administration d’Ontex a rejeté, à l’unanimité, la nouvelle offre et que les deux parties ont décidé que le dossier était désormais clos.

Mais cette tentative de rachat avortée semble avoir provoqué une prise de conscience au sein du CA d’Ontex. Un examen étendu des différentes options permettant d’accélérer la génération de valeur pour les actionnaires a été mis en route. Ses conclusions sont attendues pour la fin du 4e trimestre 2018. Rappelons que l'actionnaire principal d'Ontex n'est autre de GBL qui détient une participation de 19,98%.

D'autres candidats?

"Nous nous attendions à une issue positive basée sur une offre majorée autour de 28 euros" reconnaît Alan Vandenberghe de KBC Securities qui signale, en guise de consolation, que l’initiative de PAI Partners pourrait inspirer d’autres sociétés d’investissement. "L’environnement ne s’est guère amélioré ajoute l’analyste mais la promesse d’un examen stratégique fera office de plancher pour le cours de Bourse". Il revient à son objectif de cours d’avant l’offre indicative soit 22 euros (contre 27,5 euros) et reste à "conserver" sur la valeur.

L'exemple Refresco

Reg Watson d’ING souligne, de son côté, que selon la législation belge en matière d’offre de rachat, PAI ne peut plus approcher Ontex pendant une période de six mois. Il rappelle que PAI a connu un scénario similaire lors de son offre sur Refresco. Ici, un accord a finalement été trouvé six mois après le rejet d’une première proposition.

Cela dit, l’analyste ne pense pas que la Turquie soit à l’origine de la réduction du prix indicatif de 27,5 euros dans la mesure où ce pays n’intervient que pour moins de 5% des ventes du groupe. "En dépit de tout cela, nous restons positifs sur les perspectives opérationnelles d’Ontex." Il recommande toujours un achat de l’action avec un "target" de 31,44 euros.

Standalone

Fernand de Boer de Degroof Petercam rappelle, à juste titre, que dès le départ, il existait un risque clair que les deux parties n’arrivent pas à un accord. Et il constate que l’examen des comptes n’a pas pu fournir la moindre raison à PAI de relever son offre de départ. Que du contraire.

"De retour à un scénario de stand alone dans lequel la société subit des pressions au niveau des matières premières et des devises, nous abaissons notre avis à conserver et notre objectif de cours à 23 euros contre 27 euros avant" conclut l’analyste.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content