Le prix de l'action Uber fixé à 45 dollars

©REUTERS

Uber va faire son entrée à Wall Street ce vendredi au prix de 45 dollars l'action, en bas de la fourchette évoquée jusqu'ici, visant une valorisation de quelque 82 milliards de dollars.

Le leader mondial de la réservation de voitures avec chauffeur, Uber, a fixé jeudi à 45 dollars le titre le prix de son entrée à Wall Street, ce qui le valorise à un peu plus de 82 milliards de dollars si l'on ajoute les titres réservés aux banques pilotant la transaction.

L'IPO la plus attendue à Wall Street depuis l'arrivée de Facebook il y a 7 ans valoriserait ainsi l'entreprise à 82 milliards de dollars. Uber visait une valorisation boursière comprise entre 80,5 milliards et 91,5 milliards de dollars lors de son IPO.

Un contexte de marché assombri 

Uber entre en piste dans un contexte difficile. Les marchés financiers sont aussi tourmentés par les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. De plus, la dégringolade du titre de son concurrent Lyft ne pousse pas à l'enthousiasme. Uber veut en tout cas éviter la mésaventure de Lyft, qui a suscité l'engouement lors de son arrivée à Wall Street à la fin mars mais a chuté depuis. L'action Lyft a perdu mercredi près de 11%, tombant à 52,91 dollars, contre un prix d'introduction de 72 dollars par action. Le groupe a pâti de l'annonce d'une perte trimestrielle de 1,1 milliard de dollars. 

Cette IPO est en tout cas une nouvelle très grande étape pour le spécialiste de voitures de transport avec chauffeur fondée il y a une décennie à San Francisco. Actif dans plus de 700 villes, partout dans le monde, Uber ne manque pas de travail. Pour le dernier trimestre de 2018, l’entreprise annonce avoir réalisé 1,5 milliard de courses, soit près de dix fois plus que Lyft sur la même période. Le chiffre est toutefois à relativiser puisque Uber y intègre également les déplacements faits par ses coursiers UberEats.

L’activité reste impressionnante. Mais toujours pas rentable. Comme son concurrent, Uber ne parvient pas à dégager des bénéfices. Les pertes sont d’ailleurs colossales. L’année dernière, elles se chiffraient à 3,04 milliards de dollars pour des revenus de 11,3 milliards de dollars. Sur les trois dernières années, les pertes dépasseraient les 10 milliards de dollars.

©Mediafin

 

 


Publicité
Publicité

Echo Connect