analyse

Le rally chinois booste les actions européennes

©REUTERS

Le ralentissement de l'économie chinoise aurait-il atteint un plancher? C'est ce que laissent entendre plusieurs indicateurs publiés ces dernières heures. De quoi raviver la fibre optimiste des investisseurs.

Le printemps est là. Les nuages sombres font place au soleil, les arbres bourgeonnent et les marchés financiers retrouvent le sourire. "Il y a beaucoup d'optimisme et des sentiments de joie parmi les investisseurs. C'est grâce aux indicateurs économiques chinois qui dépeignent un tableau très favorable", explique Naeem Aslam, chez Think Markets.

Selon une série d'indicateurs publiés ce week-end et dans la nuit de dimanche à lundi, la deuxième économie mondiale a repris des couleurs le mois dernier. La croissance du secteur manufacturier chinois s'est redressée en mars pour la première fois depuis quatre mois. L'indice PMI manufacturier officiel s'est établi à 50,5, repassant au-dessus du seuil qui sépare contraction et expansion de l'activité. Une reprise inattendue par les économistes, qui tablaient plutôt sur une stagnation voire une très légère progression. 

Qui plus est, les autres indicateurs sont aussi encourageants: 

  • Pour le secteur des services, qui représente plus de la moitié de l'économie chinoise, l'indice officiel PMI est ressorti à 54,8 contre 54,3 en février. 
  • Et l'indice composite, qui regroupe les services et l'industrie, s'élève à 54 en mars, contre 52,4 le mois précédent.

"Les données des PMI (...) nous montrent que les mesures de relance mises en place par les autorités chinoises depuis la mi-2018 commencent enfin à produire des effets", s'est réjouit Khoon Goh, directeur de la recherche Asie d'ANZ.

Bientôt un deal USA-Chine?

Cerise sur le gâteau, les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine ont franchi une nouvelle étape ce week-end. Les Chinois ont notamment accepté de prolonger la suspension de leurs tarifs douaniers sur les voitures et les pièces automobiles importées d'outre-Pacifique. 

"Peu importe que ces concessions soient très significatives ou pas, l’essentiel est qu’il s’agit de réponses à des préoccupations américaines. C’est bon pour renforcer la confiance mutuelle dans les négociations."
Gai Xinzhe
analyste du fonds Sino Ocean Capital

Ce qui fait dire à certains que la conclusion d’un accord entre les deux parties n’est pas très loin.

2019, l'année du taureau

Il ne fallait rien de plus pour que les investisseurs reprennent goût au risque. L'indice composite de la Bourse de Shanghai a bondi de 2,58% ce lundi et termine à son plus haut niveau en dix mois. Les petites capitalisations ont également poursuivi leur ascension après avoir signé la meilleure performance au monde pour le premier trimestre (+35% environ).

De son côté, l'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong  a gagné 1,76%. C'est le dernier grand indice chinois à entrer officiellement dans un marché haussier, en affichant un bond de 20% depuis son creux en octobre dernier. Après une année difficile en 2018, les investisseurs internationaux reviennent progressivement, encouragés le regain de prise de risque en Chine et la politique monétaire accommodante de la banque centrale.

Ruée sur les valeurs cycliques

En Europe aussi, les marchés financiers ont bien accueilli le rebond des statistiques chinoises. En particulier les valeurs cycliques. Les compartiments des ressources de base  et de l’automobile  ont signé les meilleures performances sectorielles du jour.

À Bruxelles, les actions les plus sensibles à la conjoncture comme Aperam  ou encore Umicore   ont terminé en tête du Bel 20 . Notons la forte hausse de Melexis , qui a profité par effet de ricochet des bonnes perspectives sur l’automobile suite à la reprise de l’activité manufacturière chinoise. "Dans l’ensemble, le nouveau trimestre commence sur de bonnes bases", résume Frank Vranken, de Puilaetco Dewaay. Reste à voir si ce retour de l’optimisme va tenir la distance... 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés