Les tensions commerciales refluent, les investisseurs rassurés

©Bloomberg

La revue hebdomadaire des marchés internationaux.

Les marchés d’actions ont terminé sur un bilan hebdomadaire positif grâce à une accalmie relative sur le front des tensions commerciales. Pourtant, durant la semaine, les Etats-Unis et la Chine ont de nouveau soufflé le chaud et le froid. Mardi dernier, les Bourses européennes avaient clôturé en baisse suite à l’annonce de sanctions américaine à 28 entreprises et organismes publics chinois supplémentaires.

En outre, l’administration américaine envisage d’interdire aux fonds de pension de l’État fédéral d’investir dans les entreprises chinoises, rapportait l’agence d’informations financières Bloomberg mardi dernier. Mais rapidement, à l’approche de la rencontre ce vendredi entre les plus hauts responsables américains et chinois en charge du dossier de la guerre commerciale qui se retrouvent à Washington pour la première fois depuis fin juillet, en principe pour deux jours de discussions, la tension a diminué sur les marchés. Mercredi, Donald Trump a évoqué "de grandes chances" de conclure un accord mais un responsable chinois, sous couvert de l’anonymat, a estimé que parvenir à un compromis ne serait "pas une tâche facile". La Chine reste sous la menace d’un relèvement à 30% des droits de douane américains sur quelque 250 milliards de produits importés aux Etats-Unis à compter du 15 octobre.

"La politique du donnant-donnant dure depuis un bon moment et on espère que les deux pays seront en mesure de conclure un accord permettant de définir un cessez-le-feu", a déclaré Naeem Aslam, analyste de TinkMarkets.com en soulignant qu’"un cessez-le-feu ne signifierait pas l’annulation des droits de douane en vigueur, qui pèsent sur les deux économies".

Goût du risque

Malgré les incertitudes persistantes sur le front de la guerre commerciale, les investisseurs ont privilégié les actifs à risque sur les marchés. Le secteur minier, très sensible à la conjoncture économique mondiale, a profité d’un certain espoir sur les négociations commerciales. Le Stoxx 600 du segment a gagné 7,46% sur la semaine, la plus forte progression sectorielle au sein de l’indice.

Le secteur technologique européen s’est lui aussi démarqué cette semaine, avec un gain de 6,19%. Les titres du segment des sociétés de semi-conducteurs, particulièrement exposées à la Chine, ont rebondi après que Donald Trump a déclaré que le premier jour des négociations avec l’empire du Milieu s’est très bien passé. Mais les investisseurs se sont également positionnés sur le segment alors que, la semaine prochaine, plusieurs sociétés vont publier leurs résultats du troisième trimestre.

Le fabricant de semi-conducteurs ASML doit notamment publier ses résultats mercredi prochain. Chez Oddo, l’analyste Stéphane Houri se dit relativement positif pour le segment, en observant des signes de stabilisation dans le segment de la mémoire.

Le secteur automobile, lui aussi très sensible aux tensions commerciales, a rebondi de 5,93% sur la semaine. La remontée des valeurs les plus cycliques a permis au Stoxx 600 d’enregistrer une progression hebdomadaire de 2,92%.

Du côté du marché de la dette, les investisseurs ont délaissé les obligations. Le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne (Bund) s’est tendu, à -0444% contre -0,597% lundi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise. "Le marché obligataire reste plutôt positionné pour affronter une dégradation, tandis que les indices boursiers sont plus optimistes", note cependant Henrietta Pacquement, responsable obligataire chez Wells Fargo AM. "Les thèmes majeurs restent les mêmes ces derniers temps, à commencer par des craintes au sujet de la croissance mondiale après des chiffres américains mitigés et très fragiles en Allemagne" ajoute-t-elle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect