"Pour Ontex, il y a une vie après l'offre de PAI"

©Wim Kempenaers (WKB)

Reginald Waston d'ING reste positif sur les perspectives d'Ontex. Il n'exclut pas une nouvelle offre de PAI ou d'un autre acquéreur et balise trois voies qui pourraient doper la croissance du groupe.

L’abandon, début septembre, du projet d’offre indicative du groupe d’investissement français PAI Partners sur Ontex a douché les espoirs de bien des actionnaires. Le titre a chuté de 23% et les vendeurs à découvert se sont frottés les mains accentuant leurs positions sur la valeur.

Mais pour Reginald Watson d'ING, il y a plusieurs raisons de rester optimiste sur l’avenir de ce spécialiste des produits d’hygiène personnelle jetables. "Il y a une vie après PAI" affirme-t-il.

Tournant décisif

Sur le plan opérationnel, et malgré les obstacles constitués par certaines devises, il estime que le second semestre constituera un tournant décisif pour la société. Et cela grâce à l’amélioration de la performance au Brésil et des marges dans sa division "mature markets retail" (MMR) .

"Lors des 12 prochains mois, la consolidation des opérations brésiliennes sur un seul site et le désengorgement de la division MMR devraient générer l’équivalent de 370 points de base supplémentaires à la marge Ebitda" note-t-il.

Mais il prévient que des coûts plus élevés et l’influence des devises affecteront cette tendance. "Nous nous attendons à ce que Ontex relève ses prix en monnaies locales pour préserver ses marges ".

Une nouvelle offre?

Sur le plan stratégique, on peut retenir deux éléments de l’étude de Reginald Watson. L’abandon de l’offre de PAI Partners ne veut pas dire que la messe est dite. "Il n’est pas impossible qu’Ontex fasse, à nouveau, l’objet d’une offre étant donné le cours actuel qui est le même que celui qui a motivé PAI de passer à l’action" soutient l’analyste.

Si l’action devait encore baisser, PAI lui-même pourrait être tenté de remettre le couvert quand bon lui semble car il n’est pas tenu à une période de réserve.

Pour l’analyste, 31 euros par action constitue un prix raisonnable pour un rachat. Mais en l’absence d’un acquéreur prêt à payer une prime de contrôle il a révisé son objectif de cours à la baisse à 28,70 euros tout en restant à l’achat. L’objectif de cours moyen des brokers qui suivent l’action atteint 24,52 euros avec un plus haut de 32 euros chez Equita SIM et un plus bas de 18 euros pour Goldman Sachs.

C’est le premier point.

Pistes pour doper la croissance

Après l’épisode PAI, le conseil d’administration d’Ontex a décidé de procéder à un examen étendu des différentes options permettant d’accélérer la génération de valeur pour les actionnaires. Les résultats de cet exercice sont attendus pour la fin de l’année. De son côté, Reginald Watson a identifié trois leviers de croissance qui pourraient faire partie d’un choix stratégique.

• Ontex qui dispose déjà de contrats aux Etats-Unis mais pas d’usines pourrait décider de s’attaquer plus en profondeur à ce marché qui devrait atteindre 10 milliards d’euros en 2018.

• Le groupe peut aussi se positionner comme producteur de produits blancs pour Amazon. Un contrat de fournisseur unique pour les langes pourrait atteindre 780 millions d'euros rien que pour les USA.

• Ontex pourrait aussi opter pour une pénétration accrue dans les ventes directes au consommateur. Il a pris ses marques dans ce canal en France au 2e trimestre de cette année.

"Nous pensons que l’une de ces initiatives pourrait être accueillie par le marché comme un moyen de doper la croissance" conclut l'analyste.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect