Publicité

Un bankrun le 7 décembre? Les banques inquiètes

©REPORTERS

L'appel au retrait bancaire massif lancé par la réalisatrice Géraldine Feuillien et l'ex-footballeur Eric Cantona inquiète les banques. Febelfin craint une déstabilisation du système financier.

Les banques belges sont inquiètes après l'appel lancé par la réalisatrice belge Géraldine Feuillien invitant les personnes à retirer tout leur argent des banques le 7 décembre. "Cet appel peut de nouveau poser des problèmes aux banques", affirme mercredi dans Het Nieuwsblad et De Standaard la fédération du secteur financier, Febelfin.

En France, l'ancienne star du football Eric Cantona a appelé chacun à vider son compte bancaire., suscitant un buzz croissant sur le net. "S'il y a 20 millions de gens qui retirent leur argent, le système s'écroule (...) La révolution se fait par les banques", dit-il dans sa vidéo.  "Pour parler de la révolution, on va pas prendre les armes, on va pas aller tuer des gens. Il y a une chose très simple à faire (...) Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc il peut être détruit par les banques", y explique doctement l'ancienne star de Manchester United.

L'appel de "Canto", qui date du 6 octobre, a donné des idées à des internautes qui ont attiré l'attention de la presse internationale en le relayant via YouTube et Facebook. La Bruxelloise Géraldine Feuillien a ainsi repris l'idée d'Eric Cantona pour "piller" les banques. Avec quelques amis, elle a développé le site www.bankrun2010.com. Elle veut réunir autant de personnes que possible afin qu'elles aillent retirer tout l'argent de leur banque le 7 décembre. Géraldine Feuillien pense que près de 15.000 personnes vont participer à cette action en Belgique et en France.

Les banques en Belgique sont totalement opposées à cette initiative. "Cette action peut déstabiliser notre système financier qui est fragile", a réagi Michel Vermaerke, administrateur délégué de Febelfin, la fédération du secteur financier. "Certaines institutions bancaires en Belgique ont dû être sauvées par le gouvernement en raison des conséquences de la crise du crédit. Un tel sauvetage ne doit pas être réitéré car il est très coûteux", a insisté Michel Vermaerke qui espère que les auteurs de cette initiative ne vont pas passer à l'action.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés