Un contrat canadien pour l'Estelle de Mithra

©Lieven Van Assche

Alors que la molécule est toujours au stade d'étude clinique (Phase III), Mithra enchaîne les contrats pour son nouveau contraceptif oral, Estelle. La société liégeoise a signé un contrat exclusif de commercialisation avec le Canadien Searchlight Pharma.

Bien que toujours au stade des études cliniques, le contraceptif Estelle de Mithra enchaîne les contrats. Après les partenariats décrochés au Japon (avec Fuji) et au Brésil (avec Libbs), la société liégeoise vient de signer un accord avec la société canadienne Searchlight Pharma pour la distribution exclusive du (futur) contraceptif au Canada. Searchlight, qui se focalise sur la santé féminine, dispose d’un portefeuille prometteur de traitements fournis sur prescription, sans ordonnance et destinés au marché hospitalier.

Pour rappel, Estelle est actuellement soumise aux essais cliniques de phase 3 – dernière étape avant la mise sur le marché – en Europe et en Russie d’une part, au Canada et aux États-Unis d’autre part. Les résultats sont attendus pour le 3e trimestre en Europe et pour le début de l’an prochain en Amérique du Nord.

Le contrat canadien, négocié durant la visite royale de mars dernier et qui vient d’être signé, offre à Mithra un potentiel de revenus d’au moins 50 millions d’euros. La société liégeoise, qui produira l’Estelle pour Searchlight dans son centre de développement et de production (CDMO) de Flémalle, percevra un paiement initial et des royalties sur les ventes pour un montant allant jusqu’à 15 millions d’euros. Le marché canadien de la contraception pèse au total quelque 226 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect