Bekaert chute après un changement de recommandation

©BELGA

Kepler Cheuvreux a abaissé sa recommandation à "réduire" sur le titre, et revu son objectif de cours à 34 euros, à contre-courant du consensus des analystes, qui restent majoritairement à l’"achat".

L’action Bekaert a chuté ce lundi après l’abaissement de recommandation à "réduire" de Kepler Cheuvreux. Matthijs Van Leijenhorst, l’analyste de la firme, a revu son objectif de cours de 48 à 34 euros, soit 10% de moins que le dernier cours. Cet objectif est aussi 26% plus bas que le consensus des analystes, qui place à 45,80 euros l’estimation pour l’évolution du cours. Contacté par nos soins, l’analyste n’a pas souhaité répondre à nos questions. Il a invoqué la directive MiFID2, qui ne permet plus aux analystes de distribuer gratuitement leur recherche financière.

Ce changement de recommandation est d’autant plus notable que la semaine dernière, JPMorgan a relevé sa note à "neutre" contre "sous-pondérer" et augmenté son objectif de cours de 40,50 à 42 EUR.

"Bekaert prend les bonnes mesures managériales pour stimuler la croissance."
stefaan Genoe
analyste, Degroof Petercam

Turbulences

Le titre avait mal vécu il y a dix jours la publication des résultats trimestriels du groupe, qui n’étaient pourtant pas alarmistes. Depuis cette date, l’action a perdu plus de 6%. Au troisième trimestre, Bekaert a dégagé un chiffre d’affaires supérieur aux attentes. Chez ING et KBC Securities, les analystes avaient estimé que le recul du titre était injustifié, et représentait une opportunité d’achat. David Vagman, analyste chez KBC Securities, estime que "la valorisation basse et la faiblesse du cours justifient un rally". Chez ING, l’analyste Stijn Demeester a indiqué que "nous restons acheteurs sur la valeur, car nous pensons que les obstacles actuels sont temporaires et que Bekaert reste en bonne voie pour atteindre une marge ebit de 10% dans les cinq ans".

©BELGA

Le tréfileur courtraisien soulève des questions à cause de ses obstacles, à savoir l’évolution des prix des matières premières et la perte de son activité de fil de sciage. Chez Degroof Petercam, l’analyste Stefaan Genoe avait relevé, la semaine dernière, après avoir rencontré la direction de Bekaert, que "pour 2017, le rebit du groupe devrait être proche de son niveau en 2016 malgré les vents contraires sur les matières premières et la perte de l’activité de fil de sciage au cours de l’année. Les résultats du premier semestre 2018 feront face à une base de comparaison difficile, mais Bekaert prend les bonnes mesures managériales et stratégiques pour stimuler la croissance à l’avenir". L’analyste avait revu à "accumuler" sa recommandation après cette rencontre avec un objectif de cours à 50 euros.

Deux avis négatifs

Kepler Cheuvreux n’est pas la seule firme à recommander de "réduire" le titre Bekaert. Le courtier Kempen a conseillé de vendre l’action. La majorité des analystes qui suivent le titre (six sur neuf) recommandent toutefois d’"acheter" le titre. Mais ces trois derniers mois, les analystes ont réduit leur objectif de cours pour l’action de 8%, a calculé l’agence Bloomberg.

Celle-ci observe que les investisseurs qui auraient suivi les avis de Matthijs Leijenhorst auraient enregistré un rendement négatif de 17% sur un an, contre -4,6% pour le rendement de l’action. Bloomberg note que sur les deux années et neuf mois passés, Kepler Cheuvreux a recommandé une seule fois d’"acheter", deux fois de "conserver", et une fois de "réduire" le titre Bekaert. Les actions du tréfileur courtraisien ont chuté de 19% durant la période où la société de courtage a recommandé d’"acheter" le titre. Le titre a grimpé de 16% en moyenne durant les périodes de recommandation "conserver". Mais il a surtout progressé de 34% durant la période où l’analyste a conseillé de "réduire" le titre. De là à penser que l’action Bekaert est désormais mûre pour un rally, il n’y a qu’un pas.

Si l’histoire se répète.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content