La BCE pourrait déjà augmenter ses achats dans moins de deux semaines

Christine Lagarde, la présidente de la BCE, et ses collègues pourraient déjà annoncer une augmentation des achats d'actifs le 4 juin. ©AFP

Le compte rendu de la dernière réunion du conseil des gouverneurs laisse entrevoir une nouvelle intervention de l'institut monétaire dès le 4 juin. Ce sera "une réunion cruciale", dit l'économiste Carsten Brzeski.

Les achats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE) augmenteront-ils déjà en juin? D'après le compte rendu de la réunion du conseil des gouverneurs de l'institution du 30 avril dernier, publié ce vendredi, les banquiers centraux européens sont prêts à gonfler le Programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP) dès leur prochaine session, le 4 juin prochain.

375 milliards €
Hausse attendue des achats d'actifs de la BCE
D'après l'estimation moyenne des analystes sondés par Reuters, la BCE devrait augmenter son programme d'achat d'actifs de 375 milliards d'euros en juin. Certains tablent même sur 750 milliards supplémentaires.

"A ce stade, le conseil des gouverneurs (organe décisionnel de la BCE, ndlr) serait prêt à ajuster le PEPP et, potentiellement, les autres instruments, s'il voyait que l'ampleur du stimulus s'avérait insuffisante par rapport à ce qui était nécessaire", indique le rapport.

Pour prendre une éventuelle décision en ce sens, la BCE attend de disposer de plus de détails sur les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. "Lors de la réunion de juin, davantage d'informations devraient être disponibles", précise le compte rendu, "en ce compris les nouvelles prévisions macroéconomiques du staff de l'eurosystème (les équipes de la BCE chargées d'évaluer la situation économique, ndlr)".

"La réunion de juin sera cruciale."
Carsten Brzeski
Chef économiste d'ING en Allemagne

Fin avril, les banquiers centraux européens reconnaissaient qu'ils naviguaient à vue. "On a constaté que la situation actuelle était caractérisée par une incertitude "radicale" (...), impliquant des risques impossibles à évaluer", dit le document de l'institution européenne.

Le scénario d'un impact "modéré" déjà "trop optimiste"

La BCE envisageait à l'époque trois scénarios possibles pour l'impact de la crise, de "modéré" à "sévère". "Bien que différentes opinions aient été émises au sujet de ces scénarios, il a été généralement estimé que, parmi les trois scénarios présentés, le scénario "modéré" était probablement déjà trop optimiste", indique le compte rendu.

"La situation actuelle est caractérisée par une incertitude "radicale" impliquant des risques impossibles à évaluer."
Le conseil des gouverneurs de la BCE
Rapport de la réunion du 30 avril

"La réunion de juin sera cruciale", analyse Carsten Brzeski, chef économiste d'ING en Allemagne. "Non seulement il y aura une nouvelle série de projections macroéconomiques mais la décision du tribunal constitutionnel allemand (remettant en cause la proportionnalité des achats de la BCE, ndlr) et l'épuisement potentiel de l'enveloppe de 750 milliards d'euros du PEPP devraient donner lieu à une discussion intense sur une possible augmentation du programme."

Au rythme actuel, le PEPP arrivera à son terme en octobre, selon M. Brzeski, qui estime que la BCE pourrait donc préférer l'augmenter dès juin afin d'éviter des spéculations susceptibles de perturber les marchés jusqu'à la réunion de septembre.

D'après un sondage de l'agence Reuters, les analystes s'attendent à ce que la BCE augmente ses achats d'actifs de 375 milliards d'euros en juin. Certains d'entre eux verraient même bien une hausse de 750 milliards, ce qui reviendrait à doubler la taille du PEPP.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés